• Christian B.

Au lac Baïkal J08 L'Angara au fil de l'eau

Mis à jour : 26 déc 2019


Après avoir navigué toute la nuit, en fin de matinée nous quittons le Baïkal pour descendre l'Angara.

Comme je l'ai écrit dans mon premier billet sur le Baïkal, cette majestueuse rivière, exutoire des eaux du Baïkal, s'écoule vers le nord pour rejoindre l'Ienisseï, un long fleuve de plus de 4.000 kilomètres qui se jette dans l'océan Arctique, arrosant au passage la ville d'Irkoutsk.

Sa largeur est par moments impressionnante et il s'en dégage une impression d'immensité propre à la Sibérie.

De part et d'autre, c'est la taïga presque uniquement composée de conifères, pins, sapins de Sibérie, épicéa ou mélèzes de Sibérie lesquels se mèlent aux bouleaux ou aux saules nains.

La forêt - immense - laisse place ici ou là à quelques villages et même à des musées en pleine nature comme celui de Taltsy.

Auparavant, c'était un vrai village construit autour d'une usine de verre, en 1784 Erik Laxmann, pasteur et naturaliste suédois, éminent chercheur et par la suite académicien, fonda ce musée.

Aujourd'hui, c'est un village-musée étendu sur un territoire de 67 hectares qui fait découvrir le mode de vie des peuples qui habitaient près du Baikal, tout d’abord des Evenks, des Tofes et des Bouriates et ensuite des Russes.

Les premières constructions en bois du musée ont été transférées ici lors de la construction de la station hydroélectrique à Oust-Ilimskogo sur l’Angara (le troisième de la série des barrages sur la rivière).

Les expositions permettent de connaître les modes de vies ainsi que les us et coutumes des peuples ayant habité la région du Baïkal du XIX° siècle jusqu'au début du XX° siècle.

Les pièces les plus rares sont des monuments restaurés dont l'architecture est de valeur nationale, comme ce qu'on peut voir avec la tour Spaskaïa (1667) ou la chapelle Notre-Dame de Kazan de l'ancienne prison Ilimski (1667-1679), construites en rondins de mélèze il y a plus de 300 ans sans qu'aucun clou ne fut utilisé.

On y découvre des campements Evenks et Tofes avec leurs huttes en écorce de pin, les outils à tanner les peaux de bêtes ainsi qu'un lieu d'inhumations.

Le village bouriate (oulous) avec la yourte d’une jeune famille, celle d’un chaman avec, traditionnellement, le poteau devant chaque habitation - un Obo - piquet habituel destiné à attacher les chevaux des maitres et aussi ceux des Esprits !

Le village russe avec les isbas des Cosaques, les propriétés paysannes, ses églises, ses barques sur la rivière, construites comme dans l’ancien temps, un petit cimetière, une mairie, une école paroissiale, une cabane pour entreposer la fenaison et même des balançoires.

Plusieurs films historiques ont été tournés ici.

En fin de journée, nous débarquons à Irkutsk et allons nous loger chez une charmante petite dame, professeur de musique, dont le logement se trouve dans un quartier tranquille.


→ Les photos malgré leur médiocre qualité (2007) - APN et peut-être aussi le photographe ont fait des progrès depuis - peuvent être regardées en grand format : clic sur la photo, puis nouveau clic sur la petite image...

Article précédent Accueil Article Suivant

#angara, #baikal, #taltsy, #irkoutsk