• Christian B.

Sur la Deutsche Alpenstraße ~ Randonnée au Wörnersattel

Mis à jour : avr. 18


Les Karwendels ! Voilà un massif souvent cité dans les récits de montagne autrichiens que je lisais adolescent, tel « Buhl du Nangat Parbat ». Ses parois altières, ses voies d’escalade de haut niveau, bref à 35 kilomètres au nord d’Innsbruck, sur la frontière entre le Tyrol et la Bavière, un paradis de la grimpe que j’avais envie de visiter.

Hier, en nous rendant au centre du village de Mittenwald, nous avions fait halte dans une librairie pour faire l’acquisition d’un topoguide des Karwendels ainsi que d’une carte du DAV au 1/25.000.

Même avec l’aide du dictionnaire, il est difficile de comprendre les commentaires : heureusement, les petites cartes et le profil altimétrique pour chaque balade permettent de se faire une première idée que l’on peut confirmer ensuite avec la carte.

Nous avons été tentés par une randonnée dans le secteur de la Hochlandhütte (1.823 m) avec le projet de gravir le Steinkarkopf (1.979 m).

Pour rejoindre le point de départ indiqué dans notre topoguide, il faut longer la bruyante route d’Innsbruck par un petit chemin bien balisé et plat pendant 40 minutes, ensuite on démarre l’itinéraire décrit en attaquant sous un ciel qui devient menaçant une piste à la raideur affirmée.

Après 200 mètres de dénivelé, c’est un sentier tout aussi raide que nous empruntons jusqu’à la Hochlandhütte, alors que nous sommes de plus en plus environnés de brumes qui cachent les sommets.


Nous poursuivons cependant, mais en raison du temps bien incertain, c’est le Wörnersattel (1.974 m), voisin du Steinkarkopf qui sera le but de notre journée, nous économisant une petite heure de marche aller/retour (en montagne, mieux vaut être prudent et le temps peut empirer rapidement).


Le Wörnersattel est atteint après quelques passages délicats, et si le Steinkarkopf est bien dégagé nous faisant presque regretter notre choix, les parois des Karwendel sont en grande partie dans les nuages, dégageant une ambiance hostile.

On comprendra que la halte au sommet en compagnie de trois jeunes allemands sera de courte durée, il fait frisquet !


Nous repassons à la Hochlandhütte ; le temps s’améliore laissant entrevoir les grandes parois des Karwendel et plutôt que revenir dans la vallée par notre itinéraire de montée, nous empruntons un sentier qui passe sous les faces nord du Predigstuhl, du Kreuzwand et du Vierspitze.


La pause déjeuner que nous faisons alors que le soleil est revenu nous permet d’admirer ces parois impressionnantes !


Alors que nous repartons, un chamois traverse un couloir herbu une cinquantaine de mètres plus haut…première rencontre depuis le début de nos randonnées bavaroises.

Son beau pelage d’été est différent de celui de nos « camarades » de nos Alpes. Intrigué, il se laisse d’abord photographier avec beaucoup de patience avant de s’enfuir.


Le retour dans la vallée s’est fait en empruntant une longue piste caillouteuse et inconfortable. Nous étions de retour à notre point de départ en début d'après-midi.

En soirée, nous aurons droit à un somptueux coucher de soleil sur les hautes parois...


Date 11/08/2012, distance 18,6 km, temps 6 h 55 arrêts inclus, difficulté T2, D+ / D- 1056 m, bien balisé, quelques passages nécessite de mettre les mains.

Topo-guide Zugspitze mit Ammergauer Alpen und Werdendelser Land (édité chez Rother Munich)

Carte DAV (Deutscher Alpenverein) BY10 Karwendelgebirge Nordwest – Soierngruppe au 1/25'000

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#wornsattel, #baviere, #deutschealpenstrasse #karwendel, #stein, #karkopf, #hochlandhutte #predigstuhl, #mittenwald