• Christian B.

Sur la Via Francigena de Canterbury à Arras

Mis à jour : nov. 2


J1 - Le Kent ~ Lundi 31 mars 32,9 km

Départ 7 H 50, arrivée 15 H 10, temps gris mais le soleil perce par moments, 12°, puis 16º, D+& D- 569 m, balisage excellent. Hier, mon hébergement était réservé au Cathédral Gate Hôtel, une vieille bâtisse adossée à la porte d'entrée de l'ensemble monumental de la cathédrale sur laquelle ma chambre donnait, vue imprenable ! En ce dimanche, on ne pouvait pas la visiter, mais j'en ai fait le tour, allant même voir son superbe cloître.

Le breakfast n'étant servi qu'à partir de 7 heures 30, j'ai quitté Canterbury plus tard que je ne l'aurai souhaité mais ma journée dans le Kent s'annonce bien, il me faut suivre la North Downs Way, elle conduit à la mer.

Au départ de Canterbury, la première heure se passe sur de petites routes mais ensuite la via Francigena se faufile, dans un paysage vallonné de pâturages ou de cultures, à travers des champs de colza en fleurs apportant une note colorée ou de labours, où curieusement, le sentier que je suis, les traverse en plein champs. Heureusement la terre est sèche, mais après la pluie, le chemin dans ma boue doit être pénible ; peu avant Douvres, j'ai vu de profondes ornières laissées par des tracteurs.

Je suis arrivé à Douvres peu après 15 heures et je pensais pouvoir prendre le ferry de 15 heures 40, que nenni, c'est le suivant à 16 heures 40 qui m'a été affecté. Traversée du Channel calme mais dans la brume...

J2 -Tournehem sur la Hem ~Mardi 1 avril ~ 27,8 km Départ 8 H 50, arrivée 15 H 20, temps ensoleillé, 12°, puis 26º, D+ 235 m, D- 216 m, balisage aucun. Mon arrivée tardive hier soir, quelques minutes avant 20 heures a failli me faire sauter le dîner ( au Centre International de Séjour où j'avais réservé, le dîner est servi entre 18 heures 30 et 20 heures ), mais c'était sans compter avec la gentillesse proverbiale des gens du Nord et pendant que je déposais mon sac dans ma chambre, la cuisine était prévenue.

Pour quitter Calais, les baliseurs de la Francigena, ayant sans doute abusé des alcools forts, vous dirigent vers le sud-ouest longeant la Manche durant une journée, avant de partir vers l'est, la traversée du département se faisant en sept jours ( pour dire vrai et pour des raisons historiques, ils vous font rejoindre Wissant, port où a débarqué Sigéric, car il n'y avait pas de port à Calais à cette époque ). Moi, je préfère la ligne directe et même, les raccourcis ! Comme l'un de mes prédécesseurs dont j'ai lu le récit, je quitte donc la ville en direction du sud-est pour traverser le département en cinq jours !

J'ai traversé la ville admirant au passage son admirable beffroi, puis en longeant le canal de Saint-Omer et celui de Guînes durant une bonne heure et demie. Ensuite, c'est une petite route étroite, très passante, trop à mon goût, qui longe pendant des kilomètres interminables, des canaux ou fossés d'irrigation.

J'ai continué jusqu'à Ardres, très agréable village à la limite des marais et des premières collines de l'Artois, place qui fut espagnole à la fin du XVII° siècle et donc dotée, lors de son retour dans le giron du royaume de France, de tout ce qui fallait pour rayonner dans sa région. Finies les routes et chemins plats du marais, place aux petits reliefs. La fin d'étape dans la chaleur sera pénible - demain je partirai une heure plus tôt, l'étape étant aussi longue. Finalement, j'arrive à Tournehem sur la Hem, la petite ville qui se vante d'avoir abrité le camp du Drap d'or, et où je fais étape ce soir à l'hôtel Bal.

J3 - Thérouanne ~ Mercredi 2 avril ~ 28 km Départ 7 H 45, arrivée 14 H 30, ciel de retour d'Est, le soleil essaie de percer, il y est arrivé à 13 H, 14º, puis 24° plus tard, D+ 613 m, D- 642 m, aucun balisage.

Ce fut une belle journée dans les collines. Dès le départ, je me suis offert un joli dénivelé qui me fait sortir de la vallée de la Hem alors que j'ai trouvé dans le village la première balise de la Francigena ( curieux car l'itinéraire « officiel » passe loin dans le Sud, une variante serait-elle en cours de balisge ?). J’ai ensuite traversé une riche région agricole où se succèdent les prairies et les champs de culture (le blé, le lin caractéristique du Nord et le colza en fleurs ).

Chemin faisant, je suis arrivé à Mentque où j'ai retrouvé des marques du GR145 que j'ai suivi jusqu'à Culem où le GR part vers le Nord. Devant la jolie église ( XII° siècle ) d'Esquerdes, revoilà les marques du GR145 ainsi qu'une balise de la Francigena, mais comme j'ignore où ça mène, j’ai poursuivi sur l'itinéraire que je m'étais programmé. Cela m’a conduit au début d'après-midi à Thérouanne.

J4 – Bruay la Bussière ~ Jeudi 3 avril ~ 38 km (13 km en stop) Départ 8 H 35, arrivée 15 H, temps gris où le soleil a essayé de percer, 14° puis 22º, avec un vent de Nord-Est soutenu, D+ 646 m, D- 685 m, balisage correct.

Deux mots sur Thérouanne où j'étais hier soir. Cette cité possède une très longue et riche histoire qui remonte au moins au 1° siècle avant JC, elle a connu une belle prospérité durant le bas empire. Vers l'an 1000, elle était devenue le siège de l'évêché, mais sa splendeur a été brutalement réduite à néant par Charles-Quint qui fit totalement détruire la ville et répandre symboliquement du sel sur les ruines afin de montrer que rien ne devait renaître à cet emplacement. Une nouvelle ville prit le relais à proximité, préservant ainsi les ruines à l’instar de Pompéi.

Monsieur Millamon, le sympathique propriétaire du gîte, parfaitement équipé et situé en plein centre, a tenu à me faire visiter le site archéologique en fin de journée.

À Thérouanne, je retrouve les balises de la Francigena, mais pour rejoindre Bruay-la-Buissière, les marcheurs de la Francigena parcourent les 40 kilomètres du parcours en deux jours, faisant étape à Amettes. L'un de mes prédécesseurs ayant indiqué qu'il avait été directement à Bruay – réduisant ainsi de manière importante la distance - en suivant la chaussée de Brunehaut car il y avait des chemins agricoles globalement parallèles à la route, dans ma préparation, j'avais décidé de l'imiter. Toutefois, cette façon de procéder est une erreur, après trois longues étapes, deux étapes courtes auraient été à privilégier pour récupérer. Comme je ne peux modifier mon planning de réservations d'hébergement, j'ai dû faire du stop, mon prédécesseur avait terminé l'étape ainsi, moi j'ai commencé l'étape de cette manière.

Cinq minutes à attendre et une petite jeune fille m'a mené à la sortie du village, deux minutes plus tard c'est un artisan qui m'a conduit jusqu'à Auchy-au-Bois où j'ai retrouvé les balises du GR145.

J'ai quitté les derniers contreforts marquant les limites du Boulonnais et suis maintenant de plein pied dans les collines de l'Artois, ce qui se traduit par de grandes étendues couvertes de céréales, blé, orge, maïs et betteraves.

Dans la forêt de Ferfay, le chemin est difficile à suivre : nombreuses pistes de VTT, divers sentiers de randonnée balisés GR de pays, arbres déracinés après les tempêtes de l'hiver, balises du GR Via Francigena parfois absentes. Plus loin, les baliseurs de la Francigena ont cherché à me détourner vers le nord, peut-être pour éviter un peu de goudron ? J'ai donc coupé directement sur Auchel et Calonne - pas sûr d'ailleurs que j'y ai vraiment gagné - avant de parvenir au terme de mon étape qui m'a imposé de traverser Bruay-la-Buissière dans toute sa longueur, mon hôtel étant de l’autre côté de la ville.

J5 - Arras ~ Vendredi 4 avril ~ 39,1 km Départ 8 H 20, arrivée 15 H 30, temps gris, 12° puis 14º, D+ 563 m, D- 532 m, pas de balisage puisque je n'ai pas suivi la via Francigena.

Hier, j'avais traversé la ville minière de Bruay-la-Buissière, toute en longueur, pour rejoindre, à l'extrémité nord-est de la cité, mon hébergement, l'hôtel Le Cottage, où j'ai été bien reçu, aussi ce matin, pour éviter de refaire cette traversée interminable, c'est un taxi que j'avais réservé qui m'a déposé de l'autre côté de l'agglomération.

J'ai retrouvé le GR et la Francigena à la sortie d'Houdain, mais je ne l'ai pas suivi bien longtemps car l'itinéraire fait des tours et des contours allongeant le parcours d'une étape déjà fort longue jusqu'à Arras. J'ai donc continué tout droit, suivant d'ailleurs le GR127 que j'ai abandonné lui aussi plus loin. À Cambligneul, après une petite pause pour grignoter, je suis reparti dans la mauvaise direction, une erreur vite corrigée, mais j'ai ajouté quelques centaines de mètres supplémentaires au parcours.

J'ai tout de même fait une pause plus conséquente au café des sports à Acq, son sympathique patron m'ayant autorisé à manger mon casse-croûte devant le demi pression qu'il m'avait servi.

Finalement, le temps passant, j'ai fini par arriver au terme de mon étape.

Une nouvelle fois, j'ai cheminé en solitaire. Avant que ce « chemin des francs » ne connaisse l'affluence des caminos espagnols, de l'eau coulera encore sous les ponts : sur le livre d'or du gîte de Thérouanne j'ai noté le passage de 12 marcheurs en 2012, 13 en 2013.


Carte avec le parcours Canterbury → Douvres - détails techniques - fichier GPS [clic]

Carte avec le parcours Douvres → Tournehem sur la Hem - détails techniques - fichier GPS [clic]

Carte avec le parcours Tournehem sur la Hem → Thérouanne - détails techniques - fichier GPS [clic]

Carte avec le parcours Thérouanne → Auchy au Bois - détails techniques - fichier GPS [clic]

Carte avec le parcours Auchy au Bois → Bruay la Buissière - détails techniques - fichier GPS [clic]

Carte avec le parcours Bruay la Buissière → Arras - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#canterbury, #douvres, #calais, #viafrancigena, #kent #therouanne, #esquerdes, #bruaylabussièrs, #arras