• Christian B.

L'église de Ploumilliau dans le Trégor

Mis à jour : 30 déc 2019


Parcourant le « sentier du Littoral », nos journées ne se passaient pas uniquement à marcher et quelques après-midis, nous ont vus aller à la découverte des trésors du Trégor, de ses églises et de ses enclos paroissiaux comme à Ploumilliau.

La petite église de Ploumilliau a été fondée au VI° siècle par Saint Milliau, l'un des multiples défricheurs de l'Armorique. À la fin du XV° siècle, elle fut rebâtie et aujourd'hui unit avec bonheur les styles gothique et renaissance. Elle est remarquable par son clocher-mur surmonté d'une flèche qui s'élance à 32 mètres de hauteur. La présence de l'Ankou (figure légendaire représentant la mort) sous la forme d'une statue de bois nous rappelle notre condition de pauvres mortels.

À Ploumilliau, l'Ankou est symbolisé par une statue longtemps vénérée comme un saint d'une nature spéciale puisque, par des prières adressées à « Erwannig Plouillio », on pouvait obtenir la mort d'un ennemi !

C'est en franchissant le portail ouest qu'on découvre dans toute sa grandeur la perspective qu'offre la nef, le regard est conduit vers l'autel, le retable baroque - bleu et doré du XVII° siècle - apporte une nuance très colorée et vivante dans ces pierres grises, avec une multitude de personnages et d'angelots, la maîtresse-vitre où Saint Milliau au centre, Saint Mélar, Saint Jean, Saint Yves et Saint Pierre s'inscrivent dans cinq lancettes aux vitraux rouge et or.

La nef comprend sept travées asymétriques, rythmées par des piliers octogonaux (les plus anciens) et cylindriques.

Les sablières ornées d'animaux fantastiques et les gargouilles aux têtes monstrueuses montrent la présence encore bien vivantes des croyances dites « païennes » à la Renaissance.

L'église, classée monument historique, constituait avec son cimetière, son mur d'enceinte et son calvaire, un enclos paroissial remarquable.

Article précédent Accueil Article Suivant

#ploumilliau, #tregor, #bretagne, #enclosparoissiaux