• Christian B.

Avanersuaq

Mis à jour : avr. 21


Avanersuaq*

Il était 15 heures lorsque Southern Star, notre voilier polaire, a quitté Qaanaaq, cap au nord en direction de Fram Haven sur la côte nord-est de la Terre d'Ellesmere sous un ciel bas et une température de 7°.

Le vent étant faible, nous avons remonté au moteur le Murchison Sound, un large et long détroit entre la Red Cliff Peninsula sur le Groenland et l'île Herbert puis continué notre route au nord dans le Détroit de Smith, évitant de nombreux icebergs et growlers. Caché par les nuages nous n'avons pas vu le soleil de minuit, si présent sous ces latitudes mais la nuit est restée bien claire.

Dans la matinée suivante, à 10 heures 30, arrivant en Terre d'Ellesmere, pour entrer dans Ross Bay, notre navigation a été rendue complexe dans la traversée d'un reste d'un pack imposant de nombreux détours entre les floes accueillis par Nanok, le seigneur des lieux, un superbe ours blanc, nous observant sur un floe à moins de 50 mètres du bateau !

Nous avons embouqué l'étroit passage entre l'île Pim et la Terre d'Ellesmere, poussé par un fort vent arrière (25 nœuds), qui soulevait la mer. Avec ce vent, bien que sud, il ne fait vraiment pas chaud. Finalement, de l'autre côté du passage, alors que s'étend vers le nord le Bassin de Kane où la banquise se laissait deviner, nous sommes entrés dans la crique de Fram Haven, dominée par le glacier Leffert, où nous avons mouillé à 11 heures 45.

Nous sommes donc arrivés en Terre d'Ellesmere, gigantesque lacis de glaciers, de montagnes et de fjords gelés où règne un froid dément.

C'est donc ce havre qu'Otto Sverdrup avait choisi pour lieu du premier hivernage du Fram, lors de l'hiver 1898/1899, une crique bien protégée des divers vents dominants par les montagnes environnantes. On imagine que l'explorateur avait bien choisi son mouillage, le Fram devant être amarré dans une petite anse lui permettant de porter plusieurs aussières à terre sur chaque bord du bateau. Le soleil disparu le 16 octobre, c'est une nuit de quatre mois qui a enveloppé l'explorateur, la température descendant plusieurs fois au cours de l'hiver à -55° !

Bien que la nourriture ait été prévue pour durer plusieurs années, elle a été améliorée avec la chasse au phoque et sans doute quelques ours ont-ils terminé dans la casserole du cuisinier. La chasse était aussi une occasion d'occuper l'équipage car l'ennui, dont tout capitaine appréhende les ravages, doit rester inconnu. Tout l'hiver, Sverdrup a lancé des expéditions de plusieurs jours à plusieurs semaines avec des chiens de traîneau parfois fort loin à l'intérieur de l'île Ellesmere puisque reconnaître, cartographier et effectuer des recherches scientifiques étaient l'objet de ce long voyage.

Sverdrup et ses compagnons ne sont pas restés isolés durant ce long hiver polaire : ils reçurent la visite d'inuit venant en traîneaux tirés par des chiens depuis de lointains hameaux de la côte groenlandaise progressant sur la surface gelée de la mer dans le détroit de Smith. Ils firent aussi une visite au Windward, le bateau de Peary qui hivernait non loin près du cap Victoria, sur la côte nord-ouest du Groenland. À la fin du printemps, l'expédition a été endeuillée par la mort de Johan Svensen, son médecin. Un cairn surmonté d'une croix de bois a été édifié sur le promontoire dominant le mouillage, nous y avons fait une visite.

C'est aussi à Fram Haven que nous avions rendez-vous avec nos amis du Why, un autre voilier français dont les propriétaires, Ghislain Bardout et Emmanuelle Périé, deux anciens équipiers de Jean-Louis Étienne, sont connus pour leur expédition « Deepsea Under the Pole » en mars 2010 où une équipe de plongeurs expérimentés, s'était fixée pour objectif de découvrir, filmer et photographier la face cachée du pôle où se rencontre, je cite Jean-Louis Étienne, « un univers inconnu où la mer, le gel, le sel et la lumière sculptent des formes sensibles, fragiles, éphémères, dans un invraisemblable chaos ». Ils sont ici avec une petite dizaine d'équipiers pour faire d'autres plongées sous la glace, filmer et photographier.

Rendez-vous incroyable si loin de tout mais pas si surprenant car plus ou moins envisagé ici même, Emmanuelle, l'âme de cette nouvelle aventure, ayant été le second d'Olivier sur Southern Star pendant une année et demie et tous deux avaient un peu combiné leur affaire. Cet hiver, Why va hiverner au fond du Golfe de Baffin, sans doute devant Qaanaaq ou près d'Uumanaq-Thulé.

Nous avons dîné tous ensemble dans le carré de Why et ce matin nous avons reçu nos voisins au café du petit déjeuner.

*Avanersuaq : le grand nord en groenlandais

Nota : Un livre a été écrit par Otto Sverdrup « Quatre années dans les glaces du Pôle » édité chez Flammarion (il y a fort longtemps).

Carte avec le parcours de Qaanaaq à Fram Haven - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#nunavut, #ellesmere, #groenland, #framhaven #fram #ottosverdrup

44 vues1 commentaire