• Christian B.

Sous l’œil de la Savoyarde

Mis à jour : avr. 21


Celui qui cause dans le poste le matin à 8 heures 10 sur l'antenne de Radio France Pays de Savoie, l’homme de MétéoFrance donc, avait annoncé qu'on touchait la fin de la période anticyclonique et que ce jeudi serait la dernière journée de très beau temps avant l’arrivée des nuages vendredi et le passage d’une petite perturbation samedi avec neige au-dessus de 1.000 mètres.


Il fallait en profiter aussi ai-je mis mon sac sur le dos et suis parti faire un p’tit tour.

J’ai repris mon parcours de la semaine passée vers le lac Saint André, faisant toutefois un détour par Myans, histoire de changer un peu, et après le lac Saint-André j’ai continué encore un peu plus vers le sud avant de traverser dans les vignes de la plaine de l’Isère au confluent de la Combe de Savoie et de celle du Grésivaudan.

Je me suis arrêté un moment à Murs, petit hameau au sud du village des Marches, histoire de grignoter quelque chose tiré de mon sac mais pour la boisson, la cave des frères Angelier était fermée, d’évidence mon passage n’avait été envisagé ! Sinon, à n'en pas douter, j'aurai terminé là ma balade ...

Devant cette grave lacune des autorités locales, et faisant contre mauvaise fortune bon cœur, j’ai donc continué mon vagabondage et traversé la jolie « Forêt » avant de rejoindre le petit village de Francin, puis venir effleurer la petite ville de Montmélian.

Un joli parcours de près de 25 kilomètres sous un soleil quasi printanier, où je n'aurais croisé que quelques VTTistes et une cavalière, mais j’ai regretté toutefois la brume légère qui encombrait la plaine ne permettant pas de prendre de bonnes photos des montagnes qui dominent, le Granier et la Chartreuse vers l'ouest et, plus éloignées vers le sud, les montagnes de la chaîne de Belledonne.

Retour bien tranquille au milieu des vignes de Chignin où les vignerons s’affairaient à tailler la vigne.

Et la Savoyarde alors ?

La crête qui domine la vallée de l’Isère constitue le promontoire le plus méridional du massif des Bauges. Le sommet principal de ce petit chaînon est la Roche du Guet dont j’ai parlé dans mon article Deux balades dans mon jardin au printemps 2014, la Savoyarde, l’un des sommets secondaires de ce petit chaînon, est appelé ainsi car, depuis la vallée et sous un certain angle, on croit y reconnaître une savoyarde avec sa coiffe !


Ce n’est pas sept siècles qui m’ont contemplé ce jeudi (Napoléon à ses grenadiers en apercevant les pyramides) mais bien une éternité géologique !


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format



Article précédent Accueil Article Suivant

#savoyarde, #chignin, #savoie, #montmélian