• Christian B.

Du vallon de Migouélou au vallon de Poueylaun

Mis à jour : nov. 1


Après une journée sous les nuages, le beau temps et la canicule sont de retour et le programme – vous savez le sacro saint programme – prévoit une superbe bambée dans le vallon du Tech, au-dessus d’Arrens-Marsous, toujours dans le Val d’Azun et puisque de fortes températures sont annoncées et un gros dénivelé (près de 1.200 mètres) nous attend, nous avons démarré à la fraîche depuis un petit parking près de la centrale électrique de Migouélou.

C’est un sentier très régulier en une suite ininterrompue de lacets - la carte IGN du secteur est éloquente - qui s’élève dans la végétation parmi de somptueux tapis de fleurs.

L’équipe marchant bien, deux heure trente plus tard nous sommes arrivés 800 mètres plus haut au joli lac de Migouélou, un lac naturel rehaussé par un barrage de neuf voûtes en béton de 31 mètres de hauteur et 274 mètres de longueur, construit entre 1956 et 1958 et mis en service en 1959 pour alimenter les sept centrales du Val d'Azun réparties le long du Gave d'Arrens.

La halte sur la pelouse au bord du lac a été appréciée mais il restait encore 270 mètres à remonter pour atteindre le col de l’Hospitalet (2.548 m) alors que Phébus commençait à sévir et il m'a fallu abréger la pause que mes compagnons auraient bien aimé prolonger.

Ce sont à nouveau de courts lacets dans des pentes raides entre rochers et herbe qui nous ont permis d’atteindre moins d’une heure plus tard le point haut du jour au col de l'Hospitalet (2.548 m).

Le paysage d'ici est splendide : vers le sud à nos pieds, le lac de Migouélou scintillant dans son écrin avec en second plan le Balaïtous (3.144 m) le seigneur des lieux ; vers le nord et également à nos pieds, le lac de Poueylaun vers lequel nous nous sommes engagés dans une pente entre rochers et neige : huit jours plus tôt il nous aurait fallu au moins un piolet tant la pente de neige est raide mais la neige a bien fondu avec la chaleur.

Arrêt pique-nique au-dessus du lac et puis nous avons repris une longue, très longue descente de plusieurs heures sur un sentier parfois peu marqué dans des pentes où rochers et herbe se disputaient la place.

Finalement, le barrage du Tech, où nous avions laissé un second véhicule pour ne pas avoir à remonter à pied les trois kilomètres de route goudronnée et retrouver celui laissé au point de départ, a été atteint peu avant 16 heures.

Une superbe mais longue journée de montagne.

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#pyrénées, #vallondutech, #arrensmarsous #valdazun, #migouélou, #gavedarrens, #hospitalet #poueylaun