• Christian B.

Svalbard #6 Mouillage dans le Magdalenefjord

Mis à jour : avr. 14


Nous avons quitté le Kongsfjord en fin de journée (à 23 heures) et après une nuit de mer sans sommeil, avec un vent soutenu nous sommes entrés dans le Magdelenefjorden peu avant 7 heures du matin salués par un williwaw qui a fait gîter le bateau alors que pourtant, Olivier en capt’ain prévoyant, avait amené les voiles pour continuer au moteur.

Long d'environ 10 kilomètres et large de 2 ou 3 ilomètres, le fjord est accessible la plus grande partie de l'année et ne gèle pas systématiquement en hiver, la zone côtière étant sous l'influence du Gulfstream. Dans la partie moyenne la petite baie de Trinityhamna, derrière la presqu'île de Gravneset, abrite un mouillage déjà utilisée au 17° siècle par les baleiniers.

Les profondeurs du fjord permettent à de gros bateaux de croisières de visiter le site et d'y jeter l'ancre, afin que les passagers puissent admirer ce magnifique paysage alpin de montagnes et de glaciers.

Ainsi Gravneset est-il, en dehors des agglomérations, le site le plus fréquenté de l'archipel du Svalbard, où se présentent en moyenne 15.000 touristes par an avec un ou deux débarquements.

Pour éviter les dégâts occasionnés par les piétinements, plusieurs zones ont été depuis 1996 entourées d'une clôture, une mesure jusque là unique au Svalbard, dans le cadre de la préservation de la végétation et de la sauvegarde des monuments culturels.

Le trafic touristique est placé en outre sous la surveillance du Gouverneur grâce à une baraque construite près de Gravneset, où stationnent deux sysselmannen (littéralement hommes du gouverneur) : pendant la saison estivale, deux policiers volontaires passent l’été dans la quasi solitude ; l’un a une mission de contrôle et donc de police, l’autre est en fait un scientifique.

Aujourd'hui, la baie de Trinityhamna est aussi un point de départ pour des expéditions d'alpinisme ou de randonnée sur les glaciers. L'arrière-pays alpin fut au siècle dernier le théâtre d'expéditions surtout dans le massif granitique du Losvikfjella (1.095 m) à l'est du Waggonwaybreen et celui du Hornemanntoppen (1.097 m), lequel reste aujourd'hui encore difficilement accessible en raison de son isolement.

En juillet 1977, un alpiniste autrichien fut attaqué et tué par un ours polaire sur le lieu du campement du groupe qui, non armé, ne put qu'assister au drame. Le risque d'une rencontre avec un ours ne doit pas être sous-estimé dans ce Magdalenefjord qui doit son nom à la patronne des baleiniers et fait partie du Parc National du Nord-Ouest du Spitzberg.

Après une longue sieste réparatrice, nous avons bien sûr débarqué sur la plage de Gravneset. Le nom indique qu’ici ont été mis en terre quelques marins morts en mer. Il est interdit de pénétrer dans l’enclos.

Le capt’ain a été saluer les hommes du gouverneur - mais ici les hommes sont deux femmes - qui ont été invités pour le petit déjeûner du jour suivant. Après quoi nous avons arpenté la grève.

Ici, l'ours polaire peut être observé tout au long de l'année et revenus au bateau, nous pu voir un ours nageant de l’autre côté du fjord. Notre premier ours blanc ! Quelle impression de puissance … Malheureusement, trop loin pour la photo.

Mais aussi, autour du bateau, des colonies de fulmars boréaux, de bernaches nonnettes, d'eiders à duvet et encore de guillemots à miroir, semblaient peu farouches.

L’après-midi s’est passé à confectionner … des croissants sous la direction de Jean-Marc, boulanger-pâtissier de son état. Je m'y suis risqué, si, si !

Comme promis, nos deux sysselmannen sont bien venues prendre le petit déjeûner appréciant comme il se doit la pâtisserie française !


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#salvbard, #spitzberg, #magadalenefjorden, #kongsfjord #fulmarboreal #bernachenonette #eider #guillemotamiroir

36 vues1 commentaire