• Christian B.

Svalbard #8 Mouillages à Farmhamna et Borebukta

Mis à jour : avr. 14


Nous avons quitté l’idyllique mouillage de Bjørnfjord pour redescendre vers le sud en reprenant le détroit de Sørgattet, long de quelques kilomètres seulement, entre l'île Danskøya et le Spitzberg.

C’est un long bord de 76 milles nautiques qui nous a fait reprendre le trajet de l’aller en longeant la côte ouest du Spitzberg alors que pendant la nuit le vent forcissait progressivement et que la mer mettait à mal les estomacs de quelques équipiers peu amarinés.

En fin de nuit, revenus devant le Kongsfjord, nous avons embouqué le Forlandsund comme à l’aller pour rejoindre la baie de Farhamna.

Le long de cette côte ouest du Spitzberg, entre le Kongsfjord et l'Isfjord, protégé à mi-chemin par l'île du « Prins Karls Vorland », s'étend un beau paysage riche et varié, composé de vastes plaines, de baies, de fjords et de glaciers.

Et pourtant cette région est peu visitée ; en effet au nord du passage se trouvent des haut-fonds près de Sarstangen – dont j’ai déjà parlé - qui ne peuvent être franchis que par des bateaux ayant moins de 4 mètres de tirant d'eau, ce qui oblige les gros bateaux de croisière à passer au large de Prins Karls Vorland…

Vaste plaine côtière donnant sur de nombreux haut-fonds ; le paysage, qui peut paraître banal à première vue, se révèle extrêmement attrayant de plus près ; la côte, très exposée, n'est pas idéale pour les débarquements, mais quand le temps le permet, il est possible d'accoster à Farmhamna – ce que nous avons fait - ou dans la Tordenskioldbukta.

En fin de journée, sous un plafond de nuages bas, nous avons repris le large, contournant la pointe sud de Daudmannsodden (sur la colline se trouve une tombe double datant du 17ème siècle qui a donné son nom à ce secteur). La région a été souvent visitée par les trappeurs en raison des populations de renards. Des vestiges en ruine sont visibles dans une baie à 1 ou 2 kilomètres au sud de Steinpynten et en de nombreux endroits se trouvent encore des restes de piège à renard.

Nous sommes repassés devant Ymerbukta, notre premier mouillage, pour rejoindre Borebukta, une vaste baie encore bien encombrée par la glace et que nous avons atteint peu après 20 heures.

Pendant notre diner, « Pagan », un voilier allemand habitué du Svalbard est venu nous rendre visite. Une rencontre surprenante dans ces eaux solitaires…

Le lendemain, longue matinée de farniente, nous nous sommes livrés les uns ou les autres à des occupations diverses : parties de cartes pour certains, Jean-Marc a testé une combinaison de survie, il a marché sur l'eau, si, si ! Quant à moi, je suis monté dans la mâture pour prendre quelques vues insolites.

Avant de repartir dans l’Isfjord, ce sont les sysselmannen (les hommes du gouverneur) qui sont venus nous saluer. Trois équipes de sysselmannen couvrent le territoire ; nous avons rencontré dans le Magdelenefjord les jeunes femmes de l’équipe qui surveille la zone nord, cette fois c’est l’équipe qui contrôle la zone centrale et il y a une dernière équipe dans le sud de l’archipel.

Et puis nous avons relevé l’ancre en milieu d’après-midi pour gagner Pyramiden, une ville fantôme au fond du Billefjord, une branche secondaire de l’Isfjord.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#svalbard, #spitzberg, #forlandsund, #farhamna