• Christian B.

Trois balades de fin d’automne #1 Du lac Saint André au Lac Noir

Mis à jour : avr. 21


Dans la nuit du 24 au 25 novembre 1248 survint l’une des plus grandes catastrophes naturelles du Moyen Âge. Suite à des pluies diluviennes et dans un fracas terrifiant le Mont Granier s’écroula. De nombreux petits villages furent ensevelis et on avance le chiffre de 5.000 morts. Punition divine ? La légende le prétend mais durant plus d’un siècle personne n’osa revenir sur ces terres maudites.

Le 26 juin 1953, lors de la construction de la route du col du Granier, un autre éboulement important eut lieu mais heureusement cette fois sans faire de victime.

Dans les pentes sous le Mont Granier, dans les éboulis laissés par ces éboulements, de nombreux sentiers ont été tracés, quelques-uns balisés, la plupart non balisés si fait qu’on retrouve ici en se baladant un certain parfum d’aventure.

Réputé pour la beauté sévère de son site due à l’ombre portée de la forêt toute proche et de l’imposante masse rocheuse du Granier se reflétant dans son eau transparente, le Lac Noir a été une source d’inspiration pour de nombreux poètes et peintres.

J’ai laissé mon véhicule sur le parking du lac Saint-André et emprunté de petites routes serpentant entre les vignes pour rejoindre le village de Saint-André (d’où il possible évidemment de partir raccourcissant quelque peu la balade).

J’ai continué mon parcours en empruntant une route peu passante mais goudronnée traversant les hameaux de La Palud puis de Bellecombette. Peu après un petit raidillon qui fait traverser le hameau du Banchot, c’est un chemin empierré puis un sentier qui grimpe en serpentant dans la forêt.

On passe d’abord au Lac de la Puce (650 m) une clairière qui n’a plus de lac que le nom.

Après quelques courtes montées et replats, alors que sur ce trajet s’aperçoivent les anciennes bornes frontières entre le Dauphiné et la Savoie, le sentier franchit quelques ruisseaux. On peut apercevoir de gros blocs de roche tombés lors de l’éboulement du Granier, en 1248.


Après un premier replat marécageux, le sentier continue dans les bois et débouche sur un deuxième replat où se trouve le Lac Noir (730 m).


En général, les randonneurs reviennent par le même chemin, mais j’avais relevé le récit d’un randonneur qui avait fait le parcours en boucle rejoignant le hameau de Lachat puis le village de Saint-André. Après le tour du petit lac, j’ai mis un moment avant de trouver la trace d’abord peu visible puis un peu mieux marquée qui descend dans la forêt.

Pause pique-nique au soleil à la sortie de la forêt avant de revenir vers le lac Saint-André en suivant le balisage retrouvé aux abords du village de Saint-André.

Une belle journée d’automne !

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#savoie, #chartreuse, #granier, #lacnoir #grésivaudan, #combedesavoie