• Christian B.

Les rues de Palerme

Mis à jour : avr. 22


Si Palerme est bien l'une des villes italiennes offrant le plus de contrastes, on peut aussi l'aborder avec une légère inquiétude, pas tant avec la crainte de se trouver en face du « Parrain » de la mafia sicilienne laquelle compte aujourd'hui des milliers d'hommes d’honneur dont plus de la moitié relèvent des 54 familles palermitaines, familles qui se caractérisent par leur extrême homogénéité c'est à dire les mêmes familles biologiques unies à la fois par des mariages croisés entre familles proches et des liens d’interdépendance géographique et économique.

Non ! Mais les embouteillages, les stationnements anarchiques sur les artères principales de la cité, comme la Via Roma ou le Corso Vittorio Emanuele, ont de quoi rendre fou le conducteur hexagonal !


D'évidence, le palermitain n'aime pas se compliquer la vie et faire un créneau pour garer son véhicule est un non sens ! Alors, il stationne comme ça l'arrange, ou bien il laisse la macchina en deuxième file quand ce n'est pas en troisième file - si, si, je l'ai vu !


La polizia veille ouf ! Je n'ai donc pas craqué fort heureusement d'autant que je me suis rendu dès mon arrivée sur l'une des aires de camping-cars du coin, l'Area Green Park dont l'emplacement surprend sur un grand parking au milieu des immeubles. Il m'aura pourtant fallu faire deux fois le tour du quartier pour en trouver l'entrée à mon troisième passage...

Après avoir échangé avec le gardien - ah ! la chance de parler la langue de Dante - nanti des tuyaux de l'homme et de ceux qui l'entouraient, je suis parti en centre-ville opportunément proche.

Quel bonheur de circuler dans cette ville pleine de contrastes ! De magnifiques églises côtoient des ruelles délabrées, ailleurs des palais abandonnés supportent le voisinage d’immeubles plus ou moins récents et sans grâce.

Passée la Puerta Nuova, j'ai descendu le Corso Vittorio Emanuele jusqu’à la place aux noms multiples (Piazza Quatro Canti ou Piazza Vigliena ou encore Piazza Ottagono del Sole ).


Et puis, j'ai déambulé d’une rue à l’autre, découvrant ici une petite église pleine de charme, là le marché Ballaro d’une vivacité étonnante ; plus loin des ruelles désertes aux immeubles pouilleux ou des places plus avenantes. Je me suis rendu jusqu'au port Il faudrait une semaine ou plus pour vraiment découvrir Palerme...


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant


#sicile, #palermo, #palerme