• Christian B.

Agrigento #1

Mis à jour : nov. 1


Agrigente (Agrigento en italien) a été fondée par des colons grecs venant de Crête et de Rhodes environ 600 ans avant J.C. Longtemps gouvernée par les tyrans, la cité connut un essor considérable pendant le règne du redoutable Théron (488-472 ans avant J.C.). On lui doit l'agrandissement et l'embellissement de la vallée des Temples, un ensemble monumental initié par ses prédécesseurs. Le poète Pindare la qualifiait comme « plus belle des villes mortelles », mais elle succombât en 406 avant J.C. aux assauts répétés des carthaginois. Dès lors, elle connut différents maîtres sans jamais retrouver son rang.

Après notre visite à Sélinonte, en fin de matinée nous avons repris la route vers Agrigente en longeant la côte sud de la Sicile alors que le sirocco se remettait de la partie, mais il se calmera la nuit venue. Pour une fois - et c'est exceptionnel, c'est vers un camping que nous nous sommes dirigés (nous préférons les aires de stationnement), nous y avons laissé mon camping-car et pris le bus pour rejoindre le centre historique de la cité.

Premier contact avec la ville médiévale, située sur une colline dominant le site antique. Nous déambulons à travers les petites rues étroites si typiques de l'Italie du sud.

Une volée d’escaliers permet d’accéder à la Cattedrale Metropolitana di San Gerlando à la belle charpente peinte (XVI-XVII° siècles) dont le plafond à caissons de style normand retient le regard alors que notre œil glisse sur les stucs baroques…

La Chiesa Santa Maria dei Greci (XI° siècle), sise dans un petit jardin et dont les fresques byzantines demanderaient des travaux de restauration importants est un bel exemple d’art roman. Les éléments de réemploi montrent que cette église a été construite sur l’emplacement d’un temple grec.

Enfin, la Chiesa San Lorenzo dite aussi Chiesa del Purgatorio, belle église blanche, restaurée par une association locale, montre des statues allégoriques en stuc pleines de vie sous une coupole en trompe l'œil de 1767.

Le lendemain, sous un soleil resplendissant et un ciel bleu Italie enfin retrouvé, nous avons repris le bus pour nous rendre au Museo Archeologico Regionale dont l’intérêt et la richesse des collections nous retiendront plus de deux heures.

Les céramiques noir et rouges : vases et cratères aux motifs ciselés nous font revivre la vie quotidienne des grecs de l’antiquité, avec des scènes familiales mais également des événements comme les fêtes, les sacrifices aux dieux, les batailles, les légendes et les scènes de la vie des dieux.

Un immense télamon (7,75 mètres de haut) qui soutenait l’architrave du temple, voisine avec une maquette du dit temple. Enfin, un éphèbe de marbre blanc dénommé Éphèbes d'Agrigente, hélas mutilé est un exemple de l’art de la sculpture portée à la perfection…

Sur le site du musée, l’église cistercienne de San Nicola possède un beau portail gothique : l’intérieur, très sobre recèle un sarcophage romain. À l’extérieur, vestiges d’un lieu consacré aux assemblée.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

.


Article précédent Accueil Article Suivant

#sicile, #agrigente #cattedralemetropolitanadisangerlando #chiesasantamariadeigreci, #chiesasanlorenzo #museoarcheologicoregionale