• Christian B.

La Rota Vicentina ~ J01 De Santiago de Cacém à Vale Seco

Mis à jour : avr. 22


Mardi 12 avril. Le vol depuis Genève est arrivé avec un bon retard à Lisbonne en raison de forts vents contraires. En sortant de l'aérogare, le temps était très court (12 minutes) pour rejoindre la gare d'Oriente et choper notre train pour Grandola puis ensuite le car qui amenait à Santiago do Cacém, point de départ de la Rota Vicentina. Pourtant, le taxi nous a déposé à la gare deux minutes avant le départ du train où nous avons retrouvé Christiane et Pierre.

L'hébergement du soir avait été retenu dans un BnB, A Cocheira où l'accueil a été des plus chaleureux. Si les chambres étaient petites, la salle de séjour, dans une ancienne écurie, est spacieuse on s'en serait douté...

En soirée nous organisons une conférence : Pierre ne peut pas marcher depuis plusieurs semaines à la suite de problème de dos dont l'origine lui est inconnue. Il est donc convenu que demain Christiane et Pierre rejoindront Setúbal pour louer une voiture et Pierre fera l'accompagnateur durant notre trek. Point positif : pour la première fois depuis que je fais des treks, il n'y aura pas grand chose dans mon sac les prochains jours !


♦♦♦♦


Mercredi 13 avril. Départ à 8 h 20, arrivée 14 h 30, température 10° remontant ensuite à 24°, 23,8 km, D+ 271 m D- 105 m, difficulté T2, itinéraire très bien balisé... Pluie dans la nuit et ciel encore chargé lorsque nous nous mettons en route.


Le GR11 - le chemin historique - que nous avons emprunté passe dans la rue même où se trouve notre hébergement et le balisage - blanc et rouge - incite à monter au château et à l'igleja Matrix offrant un beau point de vue sur la ville.

Nous quittons Santiago do Cacém par un sentier qui, après une belle descente, traverse d'un camping doté d'une piscine aux cabines curieusement bariolées.



Ensuite, il serpente dans une forêt de pins, puis après une petite heure c'est une piste en terre, détrempée à la suite des pluies des jours précédents et donc boueuse à souhait.

Elle s'insère dans la forêt, les pins cédant la place aux chênes liège et parfois aux eucalyptus.


Plus loin la piste devient sableuse... alors que les cistes et des fleurs méditerranéennes aux riches couleurs nous environnent.


Après un parcours quasi montagneux, fait de bosses où le sentier est souvent bien pentu, nous gagnons la plaine côtière alors que le ciel devient menaçant. Mais nous avons échappé aux averses et plus loin le ciel reprendra ses couleurs avec un chaud soleil.

Après 16 kilomètres, la forêt cède la place aux cultures ou aux pâturages.

Après Vale Seco, petit hameau de quelques maisons où nous avons fait la pause, nous quittons la Rota Vicentina pour rejoindre notre hébergement du jour.

Sympathique accueil dans l'hôtel rural Monte Xisto, une superbe réalisation, 4 étoiles, dîner et petit déjeuner dignes des meilleures tables, prix pas donnés mais je n'avais trouvé aucune autre solution d'hébergement dans le secteur (on se rattrapera plus loin et le budget va retrouver un niveau nettement plus raisonnable).

Christiane et Pierre nous ont rejoints en soirée après quelques péripéties.

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format



Article précédent Accueil Article Suivant

#portugal, #alentejo, #santiagodocacem #rotavicentina, #valeseco, #acocheira #igrejamatrix, #ciste, #hotelruralmontexisto