• Christian B.

Atlantic Odissey ~ Rêve d'Antarctique #4 Dans les Cinquantièmes Hurlants

Mis à jour : avr. 13


Vendredi 14 mars (J6) en Mer de Weddell vers les Orkneys Islands

Le vent est bien tombé – force 4 –à l’heure où le réveil a sonné (7 heures 30) comme le confirme Morten dans son annonce matinale où il indique une température de -2°. Le bateau a pris la direction des Orcades du Sud et de la Géorgie du Sud.

En matinée, conférence donnée par Simon sur les manchots. Donc, un débit de parole rapide avec un vocabulaire spécifique au sujet et dont je ne possède la plupart du temps aucune connaissance. Autrement écrit, je n’y comprends pas grand chose comme d’ailleurs à la plupart des briefings du genre !

Dans l’après-midi, la conférence a pour thème Sir Ernest H. Shackleton. Je n’ai pas assisté à cette dernière, d’abord, parce que j’ai beaucoup lu sur Shackleton, ensuite parce que ces conférences sont données par des anglophones, pour des anglophones.


De temps à autre, je vais faire un tour sur le pont pour photographier des icebergs de jolie taille. Pas facile de photographier en fait, car, même si la visibilité est meilleure que ces derniers jours, avec une mer agitée le bateau roule passablement. D’ailleurs, au déjeuner, il y a eu pas mal d’absences …



De très nombreux oiseaux de mer volent autour du Prof. Molchanov, des albatros, des pétrels, un damier du cap... Mes essais pour les photographier restent couronnés de peu de succès car ils volent très vite. Comment peut faire cette demi-douzaine de photographes acharnés qui restent presque toute la journée, dans un froid assez intense, pour arriver à les saisir avec de gros objectifs de la taille de mes cuisses ?


En fin d’après-midi, la passerelle annonce un souffle et une baleine vient nous rendre visite. Je suis monté en tongues et un peu tard pour pouvoir prendre des photos. Je la vois défiler côté tribord, à moins de 5 mètres du bateau. Mon voisin de cabine, qui lui était arrivé plus vite sur le pont ce qui lui a permis de prendre quelques bonnes photos, pourra peut-être me passer une copie de celles-ci ?


Au dîner, toujours servi à 19 heures, ma table sera sud-africaine. Je note d’ailleurs que nombre de convives masculins, aux divers repas, portent élégamment chemise à carreaux, pantalon voire petit pull fin, moi je suis en jean !

À la nuit tombante, le Prof. Molchanov trace sa route dans une mer toujours parsemée d’icebergs … Je passe une partie de la soirée à discuter avec Bob Mossel, l’australien d’Adelaïde avec qui je partage ma cabine. Le dictionnaire à portée de main pour faciliter les traductions, mais aussi avec une oreille qui commence à s’habituer à son accent. Il est en fait né en Allemagne. 70 ans environ, c’est un baroudeur. Il me montre un livre qu’il a écrit avec textes et photos sur des coins admirables d’Australie ou de Nouvelle Guinée Papouasie, mais difficiles d’accès. Il s’y était rendu avec son avion, un Cessna en compagnie de son frère il y a une quinzaine d’années.


Samedi 15 mars (J7) en Mer d’Ecosse, vers South Georgia

À l’heure du réveil, le vent est faible – force 2 Beaufort - comme l’indique Morten dans son annonce matinale. La température est de 0° et des chutes de neige sont annoncées.

Nous naviguons avec une faible visibilité, mais on aperçoit encore de temps à autre, quelques beaux icebergs tabulaires et des bergibits. Le sujet de la conférence de 10 heures par Troels Jacobsen est sur les « Southern Elephant Seals ». Excellente présentation power point et donc bien compréhensible et particulièrement intéressante.

À 15 heures, c’est la deuxième partie de la conférence sur Shackleton. Eh bien, ce n’était pas une conférence mais tout simplement un film qui retraçait la vie et l’épopée de Sir Ernest.

En le découvrant, j’ai regretté de ne pas avoir assisté à la première partie hier, mais heureusement la seconde partie, que j’ai donc vue, est la plus intéressante avec son bateau l’Endurance brisé par les glaces lors du second hivernage en mer de Weddel en octobre 1915, sa retraite vers Robertson Island en soutenant le moral de son équipage traînant, poussant et portant trois canots ; son arrivée en avril 1916 à Elephant Island dans les Shetlands du Sud, puis sa navigation dans un simple canot de 6,50 mètres vers la Géorgie du Sud à travers les Cinquantièmes Hurlants et enfin sa traversée d’un col à 1.500 mètres d’altitude sur un itinéraire qui nécessite encore aujourd’hui, de bons moyens alpins, pour atteindre Grytviken.

Un quart d’heure après la fin du film, conférence d’une petite heure par Simon sur les oiseaux de Géorgie du Sud, c'est aussi l’occasion de présenter les baies et sommets de cet archipel qui s’annonce particulièrement intéressant. Wait and See…


Dimanche 16 mars (J8) en mer d’Ecosse, vers South Georgia

Au réveil, quelques rayons de soleil percent la couche nuageuse. Le vent est de force 5/6 sur l’échelle de Beaufort avec une mer un peu houleuse, mais comme le Prof. Molchanov remonte nord-est et que le vent vient de l’ouest comme d’habitude dans ces régions, nous roulons passablement.



J'ai pris de nouveau des photos de quelques jolis icebergs tabulaires.

Une annonce a été faite d’une visite de baleines. Du coup, je suis monté à la passerelle du commandant – c‘était la première fois que j’y allais - ouverte dans la journée sauf en cas de très mauvais temps ou de manœuvres nécessitant que les passagers n’y soient pas. Pendant près de deux heures ce fut une série de rencontres de groupes de deux ou trois baleines et même à un moment une demi-douzaine de marsouins probablement de Dall.


À 10 heures, briefing par Morten sur la Géorgie du Sud, un sanctuaire pour des millions d’oiseaux et mammifères. Il s’en suit que les conditions de visite sont draconiennes, largement plus exigeantes que ce qu’on rencontre dans les parcs nationaux européens. Par exemple, nous ne devons pas poser à terre nos sacs à dos pour y prendre quelque chose comme une caméra ou un appareil photo ! On notera que ces consignes appliquées par Oceanwide Expeditions depuis de nombreuses années ont été reprises par le gouvernement du South Georgia and Sandwich Island (SGSI) depuis deux années et qu’elles sont désormais imposées aux visiteurs … On consultera avec intérêt le site www.sght.org

Dans l’après-midi nous sommes conviés à procéder à un nettoyage sérieux, avec l’aspirateur SVP, des affaires que nous emporterons avec nous à terre à partir de demain. Nettoyage des sacs à dos et des vêtements, on pousse la protection de l’environnement plutôt loin ! Ensuite nous sommes invités à voir un film sur l’aventure de Robert Falcon Scott au pôle sud – où il a perdu la vie – mais j’avais déjà vu le film.

À 19 heures, nous avons un briefing relatif à la Géorgie du Sud, les précautions au regard de la protection de l’environnement, les points intéressants et en particulier les deux débarquements prévus le lendemain. La pression barométrique est haute et bien que la météo en Géorgie du Sud soit très dépendante de phénomènes locaux, ça s’annonce assez bien alors que passe un film « Life in the Freezer » qui racontent la vie de ceux qui passent l’hiver sur le grand continent blanc, les quelques scientifiques bien sûr mais surtout les Emperor Penguins (Manchots Empereurs).



Écrit en Géorgie du Sud le 17 mars 2008


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant


#antarctique, #peninsuledegraham, #merdeweddel #merdecosse, #cinquantiemeshurlants #marsouindedall, #endurance, #shackleton #albatros, #petrel, #damierducap, #georgiedusud