• Christian B.

Atlantic Odissey ~ Tristan da Cunha #2

Mis à jour : janv 2


Mercredi 26 mars (J18) Inaccessible Island

Tristan se refusant à notre débarquement aussi, le staff a donc pris la décision de faire un circuit vers l’une des deux îles satellites de Tristan, et c'est vers Inaccessible Island à une quinzaine de milles dans l'ouest-sud-ouest que le Prof. Molchanov se dirige.

En attendant l’heure du dîner, retour à l’arrière pour le spectacle fascinant de plusieurs dizaines d’albatros à sourcils noirs et pétrels antarctiques volant derrière le bateau telles les mouettes derrière un thonier breton rentrant au port, oui je radote !

Ils sont d’autant plus nombreux et proches que Morten a glissé dans un filet attaché à un long bout, style grosse ligne de pèche, des crustacés. Ils peuvent venir les manger sans danger pour eux, mais apparemment ils sont intrigués et ne mangent rien… C'est une superbe balade que ce tour d'Inaccessible Island avec la gente ailée qui nous a accompagnés.

Alors que le Prof. Molchanov revient vers Tristan, je me couche assez tôt après une bonne séance à revisiter mes photos.

Jeudi 27 mars (J19) Nightingale Island

Au réveil, c’est une mer très houleuse qui nous salue. La température est maintenant de 18° au lever du soleil, mais en journée ça monte suffisamment haut pour qu’avec Bob on ait mis hier dans notre cabine et pour la première fois, la climatisation. Morten annonce un « gale warning » pour la soirée et des creux de plus de quatre mètres pour demain. Pour le moment, pas question de débarquer à Tristan et le Prof. Molchanov repart faire un nouveau petit tour cette fois vers Nightingale Island, l’autre satellite de Tristan.

Pendant le petit déjeuner, c’est un grain tropical qui nous douche, mais un peu plus tard, avec le soleil revenu, nous effectuons un très joli bord vers Nightingale Island et ses deux petites îles adjacentes que le Prof. Molchanov a contournées pour revenir ensuite une nouvelle fois vers Tristan avec un vent qui forcit et une mer qui se creuse.

À 13 heures 30, briefing pour nous donner les prévisions météos franchement mauvaises pour demain, ce qui laisse penser qu’on ne débarquera pas sur Tristan. Au cas où la météo et surtout la mer seraient plus conciliantes, il nous est donné à choisir entre deux possibilités : débarquer et visiter le village de Tristan, ou bien aller faire un nouveau bord vers Nightingale et y débarquer. Débarquer relève de la loterie car le baromètre poursuit une baisse qui semble inexorable. Je n'y crois pas aussi je choisis Nightingale …

Je passe l’après-midi entre ma cabine et des incursions sur le pont pour saisir quelques beaux éclairages. J’ai la chance que des albatros à sourcils noirs passent plus près de notre bâbord et réussit à les saisir dans l’objectif.

Le dîner de ce soir est un BBQ, mais il ne se tiendra pas sur le pont comme pour la soirée de Grytviken, en raison des mauvaises conditions de la mer. C’est donc dans les deux salles à manger qu’on sert viandes et légumes à profusion.

À la fin du repas, Walter le docteur allemand de l’expédition – il est ici en quelque sorte au pair, lui et sa femme – branche son I-Pod sur haut parleur et c’est une belle soirée qui a commencé. D’abord avec Che Sera, Sera que nous avons repris chacun dans notre langue, puis My Way, enfin de la musique bavaroise qui voit une partie des convives se mettre à danser avec Taisiya, la sympathique serveuse russe de notre salle à manger bâbord avec qui j'échange chaque matin un sdrastvouité (bonjour en russe).

Belle soirée, mais coucher cependant assez tôt après une petite séance de recadrages de quelques photos prises pendant ces dernières semaines.

Écrit devant Tristan da Cunha le 27 mars 2008

Je vous invite à regarder le court montage audiovisuel ( 6,50 minutes ) ci-dessous, en grand écran de préférence.

Article précédent Accueil Article Suivant

#tristandacunha, #inaccessibleisland #nightingaleisland, #quarantièmesrugissants #albatrosasourcilsnoirs, #petrelsantarctiques #professormolchanov