• Christian B.

Balade à la Ferme Durand

Mis à jour : nov. 11


Quoi de mieux au lendemain d'un réveillon du Premier de l'An pour dissiper les excès de la bonne chère et les vapeurs des bons vins que d'aller prendre l'air malgré une température bien fraîche (-5°) ? Bon, j'exagère, pour les plats comme pour les libations, j'ai été très raisonnable...

J'ai rejoint la capitale des Alpes où j'ai retrouvé ma complice habituelle et nous nous sommes retrouvés ce 2 janvier sur le parking du Pré Faure (455 m) dans la banlieue de Grenoble pour une jolie balade menant à la Ferme Durand en quatre petites heures, laquelle ferme est fort bien située sur un alpage en balcon au dessus de l’agglomération qui semble toute proche.

Bien que quasiment invisible depuis la vallée, la vue sur la ville, les montagnes de Chartreuse et celles de la chaîne de Belledonne, tout en cheminant dans une forêt composée de chênes, de hêtres, de lierre et de houx, est superbe.

Notre véhicule abandonné, le chemin s'insinue dans le « Désert de Jean-Jacques Rousseau », une gorge étroite à la température ... glaciale, ainsi dénommée car proche de la propriété où le philosophe séjourna pendant l'été 1768. Le ronronnement continu de la circulation urbaine dans la vallée, les sirènes des véhicules d'urgence et le claquement sec et répété des tirs du ball-trap de Noyaret s'estompent (je me suis un temps posé la question de savoir s'il y avait une chasse en cours !).

Le sentier rejoint une combe puis une autre, quelques descentes provoquent des protestations de ma part car après cette perte de dénivelé si facilement gagnée, il faudra remonter…

L'éboulement récent d'un pan de falaise, un arbre couché en travers, ponctuent la randonnée.

Après la ferme Froussard (485 m) dont il ne reste pas grand chose, le sentier s'élève en écharpe dans le bois des Vouillants, une montée d'abord régulière quoi que soutenue et qui devient franchement raide après une grande heure de marche.

Ainsi va le sentier jusqu'à la Ferme Durand (856 m) laquelle témoigne du passé fermier du Vercors Nord au-dessus de la vallée du Grésivaudan.

Ici, il faut tenter d’imaginer l’activité qui y régnait encore il n’y a pas si longtemps, au début du siècle passé. On trouve chez les bouquinistes quelques cartes postales d’une époque qui témoigne de l’animation autour des travaux des champs. La ferme est en parfait état et un troupeau de moutons est toujours présent durant la belle saison.

Près de la ferme, nous avons trouvé un givre épais et on comprendra que dans la fraîcheur, la pause pique-nique n'a pas duré bien longtemps.

Le retour vers la vallée s'est fait en suivant un sentier étroit et peu marqué, qui démarre sous la Ferme Durand, dans les pentes raides de la forêt des Ferrières jusqu'à revenir à la Ferme Froussard.

Là, plutôt que d'emprunter à nouveau le « Désert de Jean-Jacques Rousseau , c'est par une autre gorge moins marquée celle-là (le Désert de l'Écureuil) que nous sommes revenus vers notre point de départ.


Distance 10,3 km, temps 4 H 05 arrêts inclus Difficulté : T2, D+ & D- 622 m

Carte IGN 3235 OT Autrans - Gorges de la Bourne

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

Article précédent Accueil Article suivant

#isere, #grenoble, #fontaine, #lapoya #fermedurand