• Christian B.

Chambéry, sous le soleil d'hiver #1

Mis à jour : avr. 14


Capitale historique de la Savoie, Chambéry est une ville d'Art et d'Histoire dévoilant de nombreux atouts. La vieille ville, admirablement restaurée, invite le promeneur à découvrir ses allées mystérieuses aux multiples passages couverts, ses hôtels particuliers, ses façades en trompe-l'œil, ses charmantes cours intérieures, sa cathédrale Saint-François-de-Sales, son château, ancienne résidence des comtes et ducs de Savoie, ses rues piétonnes et sa célèbre fontaine des Éléphants.

J'avais déjà eu l'occasion de vous en présenter quelques aspects dans ce billet une visite un jour d'hiver alors que le ciel était bas et que la neige avait poudré quelques rues ou bâtiments. Aujourd'hui en ce dernier samedi de février, c'est sous le soleil que je vous propose de redécouvrir cette bonne ville.


J'ai commencé par la suivre les bords de la Leysse, petite rivière qui traverse la ville avant d’aller se jeter dans le lac du Bourget, puis par des traboules et des rues étroites, je suis arrivé devant la célèbre fontaine des éléphants.

Celle-ci est appelée trivialement par les chambériens « fontaine des quatre sans culs », on comprend bien pourquoi à les regardant.

Elle est dominé par la statue du bienfaiteur de la ville, le général-comte de Boigne, aventurier savoyard qui fit fortune aux Indes.


Continuant par le boulevard de la Colonne, l'artère principal de la cité, j'ai fait halte devant la statue de la Sasson, érigée sur une place de la ville en 1892 afin de célébrer le Centenaire du rattachement de la Savoie à la France (1792).

Un peu plus loin, le Palais de Justice érigé en 1850 et d’inspiration sarde ; la première pierre en a été posée par le roi Victor-Emmanuel II qui souhaitait que ce palais de justice soit le siège de la cour d'appel pour la Savoie.

Une statue d'Antoine Favre, premier président du Sénat de Savoie, a pris place devant un bassin, elle est encadrée par deux statues d'allégories, la Science et la Jurisprudence.


Par la rue Président-Favre, je suis arrivé place de l'hôtel de ville, l'édifice est un symbole du rattachement de la Savoie à la France en 1860. C'est en effet l'un des bâtiments administratifs qui furent construits dans la ville aussitôt après ce rattachement.

J'ai quitté la place de l'Hôtel de Ville par la rue du Sénat de Savoie, une des plus anciennes rues de la ville, elle aboutit au nord de la place Saint-Léger.

La forme particulière oblongue de cette place résulte du fait qu’elle était autrefois constituée de deux quais de part et d’autre d’un canal dit de l’Albanne, comblé depuis longtemps. Pavée et en totalité piétonne, sa longueur est de 250 mètres.

Elle est croisée en son centre par la rue de Boigne. Ouverte « à coups de sabre » par l'urbaniste du comte de Boigne, elle crée une continuité entre le quartier du Château et les boulevards.

Ses portiques à la turinoise abritent de nombreux commerces. L'artère est l'une des plus caractéristiques de la ville par son ordonnance et son animation.


Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article suivant

#savoie, #chambery, #fontainedeselephants #sasson, #placesaintleger, #ruedeboigne

63 vues1 commentaire