• Christian B.

Le Prieuré de Salagon

Mis à jour : janv 4


Quelques kilomètres après avoir quitté Forcalquier, par la route d'Apt, à la sortie du petit village de Mane que domine son ancienne citadelle, les moines bénédictins de Villeneuve-lez-Avignon fondèrent un premier monastère à la fin du XI° siècle qui, plus tard, s'est enrichi d'un nouveau logis prieural aux décors raffinés.

Le prieuré, un complexe architectural (50 mètres sur 30 mètres), se compose d’une église du XII° siècle, d’un logis prieural des XIII° et XV° siècles, de dépendances à usage agricole, le tout s’organisant autour de petites cours « caladées » entourées par de murs.

La première impression qui ressort d’une visite en ces lieux, c'est la sérénité et une apparente simplicité … avant de découvrir pas à pas un site sans cesse remodelé au cours de 2.000 ans d’occupation ininterrompue.

Bâtie à partir de la fin du XI° siècle en pierres calcaires extraites des carrières de Porchères, l'église porte des éléments architecturaux et décoratifs témoins de l’art roman provençal : voûte en berceau, rosaces, rinceaux, chapiteaux ornés de feuilles d’acanthes, panneaux sculptés représentant des personnages ou des figures animales alors que dans la nef principale, une peinture murale réalisée au début du XV° siècle est la seule qui subsiste de cette époque.

Autre œuvre marquante, mais contemporaine cette fois, la série de six vitraux d’Aurélie Nemours, installés en 1998, faisant entrer dans l’église une lumière qui redonne vie aux murs romans : le rouge couleur de feu, c’est le miracle du sélénium, « le seul verre permettant d’obtenir le rouge le plus pur qui existe », selon l’artiste.

Le prieuré est composé d’un vaste logis aujourd'hui entièrement rénové et conservé.

Construit à la fin du XV° siècle en lieu et place de l’ancien logis des moines, il conserve les traces de l’époque médiévale avec une salle romane qui accueille une intéressante exposition sur Salagon et son histoire.

Le visiteur peut admirer en extérieur une belle façade décorée de fenêtres à meneaux ainsi qu’une cour caladée. Au XIX° siècle, le logis, qui a abrité au fil du temps, moines bénédictins, abbés et riches propriétaires terriens, a subi des modifications importantes. Agrandi en 1857, on lui a adjoint un bâtiment contre la façade nord.

Des bâtiments agricoles et des dépendances datant du XVI° et XVIII° siècles ont été ajoutés.

La grange, autrefois étable et bergerie, accueille aujourd’hui des expositions temporaires.

La remise et des locaux agricoles datant du XX° siècle abritent une salle pédagogique, des espaces d’exposition et des locaux techniques.

J'ai passé là deux heures passionnantes dans ce superbe prieuré à découvrir son histoire mais aussi à suivre une très intéressante exposition (temporaire ?) sur l'histoire de la Haute Provence, sur ses habitants dont la vie était on ne peut plus difficile dans ces contrées retirées ce qui les obligeait à émigrer vers le Mexique ou l'Amérique du Sud.

→ Les photos peuvent être regardées en grand format : clic sur la photo, puis nouveau clic sur la petite image.

Article précédent Accueil Article suivant

#hauteprovence #luberon, #forcalquier, #salagon

109 vues3 commentaires