• Christian B.

Le Camino de Madrid

Mis à jour : janv 4


Chemin historique puisqu'il emprunte une voie romaine (la calzada romana XXIV) et aussi des chaussées médiévales et des chemins de transhumance, le Camino de Madrid est de nos jours utilisé comme une variante du chemin bien connu qui mène à Saint-Jacques de Compostelle puisqu'il rejoint le Camino Francés à Sahagùn.

Curieusement il est peu fréquenté par les pèlerins et moins encore par les randonneurs.

Pourtant, le parcours est d'une grande beauté notamment dans ses premières étapes, il franchit la Sierra de Guadarrama, traverse de belles contrées, passe à Segovie (inscrite au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO), traverse quelques villes et petits villages.

Son parcours n'est pas long et 14 jours suffisent pour venir à bout des 330 kilomètres de chemins qui souvent traversent de nombreuses et magnifiques forêts de pins.

Balisé par les Amis du Camino de Santiago de Madrid, il est encore peu fourni en albergues (gîtes) mais des fonds européens et la fréquentation accrue devraient améliorer les choses.

♦♦♦♦

Dimanche 21 Mai (2017), j'ai atterri à Madrid en provenance de Genève et après avoir récupérer mon sac à dos, je rejoins l'albergue de Juventud Cat's Hostel, au cœur du vieux Madrid, j'y avais réservé un lit dans un petit dortoir.

Ensuite, c'est une visite rapide de quelques lieux emblématiques de cette capitale où je suis venu en touriste il y a quelques années.

J'ai commencé ma tournée par la Puerta del Sol, sa statue équestre de Carlos II où madrilènes et touristes se pressaient en foule pour le plaisir de flâner ou pour se rendre dans les nombreuses boutiques ouvertes et les cafés qui l'entourent ; un concert y avait été donné la veille.

L'enseigne Tio Pepe d'une marque d'alcool en est devenue un symbole.

Devant l'immeuble du gouvernement régional de la Comunidad de Madrid, une plaque au sol marque le kilomètre 0 des routes nationales espagnoles et c'est la bousculade pour en faire la photo.

Passage ensuite à la Plaza Mayor, une superbe place du XVII° siècle, entourée d'arcades qui abritent des magasins d'artisanat et de nombreux cafés, bien sûr envahis en ce chaud dimanche.

Le Mercado de San Miguel est loin d'être le plus grand marché de Madrid, mais bâti en 1914, c'est la dernière halle à structure métallique à avoir subsisté dans la ville. Chalands et visiteurs s'y bousculent.

Passage aussi à l'Iglesia de Santiago y San Juan Bautista, elle méritait certes ma visite, mais c'est aussi là qu'il me faut récupérer (dans la sacristie et à certaines heures) une « crédentiale », passeport de pèlerin qui permet l'accès aux albergues (gîtes) et bien que non pèlerin, il me faut y sacrifier sinon le risque d'être refoulé n'est pas à négliger.

Passage encore à l'Iglesia del Corpus Cristi, pause devant le Palacio Real, arrêt devant le Palacio Santa Maria de la Cruz.

J'ai admiré une nouvelle fois la Fuente de Cibeles devant le Palacio de Cinares et encore la Plaza de Oriente où a été édifiée la statue équestre de Philippe IV.

Il faudrait passer plusieurs jours pour découvrir ou redécouvrir les trésors que recèle Madrid, mais ce n'est pas la raison de ma visite ici, et d'ailleurs je suis déjà venu. Une autre fois peut-être ...

J'avais prévu d'aller au museo Thyssen-Bornemisza que je ne connais pas et dont la collection compte quelques 800 tableaux dont des chefs-d'œuvre du Titien, de Goya, de Van Gogh et Picasso, mais finalement ce sera une longue sieste pour récupérer de mon lever très matinal (avant 3 heures !) car demain ... je marche !

Soirée agréable dans le très joli patio de style mudejar à écouter les jeunes de passage jouer de la musique.


→ Les photos (certaines sont de 2005 les autres de juin 2017 bien sûr) peuvent être regardées en grand format : clic sur la photo, puis nouveau clic sur la petite image.


Article précédent Accueil Article suivant

#caminodemadrid, #puertadelsol #mercadodesanmiguel #iglesiadesantiagoysanjuanbautista #alberguejuvenilcatshostel