• Christian B.

Images de Bretagne #8 Douarnenez

Mis à jour : avr. 24


Au fond de sa baie, Douarnenez conserve le souvenir de l'industrie qui fit sa gloire, la pêche et la conserverie des sardines.


Ses quais animés, ses ruelles et ses maisons de pêcheurs, j'aime bien les parcourir le nez au vent et, après deux semaines de vagabondage sur le sentier côtier ou à (re)découvrir les trésors des petits villages de la côte des Légendes, avant de retourner vers la Savoie, une nouvelle halte ici s'imposait.

Et la meilleure façon d'errer dans la cité est de suivre le « chemin de la sardine », une promenade de deux heures environ à la découverte de Douarnenez et de son histoire que suggère l'office du tourisme local, le circuit proposé expliquant l'histoire sardinière de la ville depuis l'époque gallo-romaine jusqu'aux dernières mutations actuelles.

Le circuit débute sur le belvédère des Plomarc'h, surplombant la baie et le port, mais nous l'avons en fait commencé sur le quai de Port-Rhu, à deux pas du port-musée où nous avions abandonné notre véhicule.

Nous avons fait une courte halte à la chapelle Saint-Michel en granit et en micaschiste, édifiée pour perpétuer le souvenir de Michel le Nobletz, missionnaire breton qui séjourna à Douarnenez de 1617 à 1639.

L'église du Sacré Cœur de style néo-gothique a été réalisée à la fin du XIX° siècle et sa flèche n'a été achevée qu'en 1939.


L'édifice comprend une belle série d'une centaine de vitraux représentant divers thèmes de la Bible ou de l'histoire bretonne.

En descendant la rue Anatole France, où des boutiques rappellent l'omniprésence de la sardine, nous sommes passés devant la chapelle Sainte Hélène.

Achevée en 1755, elle comporte des éléments d'un ancien sanctuaire de style gothique flamboyant.

On y trouve également une fort belle collection de bannières de procession.


De petites rues étroites et sinueuses, riches en façades colorées, ont amené au port de Rosmeur.

Le grand port sardinier n'abrite plus guère que quelques bateaux de pêche artisanale, mais ses façades colorées ont séduit nombre d'artistes.

L'ancienne conserverie, si souvent illustrée, à l'enseigne « Capitaine Cook », a été transformée en immeuble d'habitation.

Poursuivant la balade, après le port de pèche, depuis le boulevard Jean-Richepin, alors que se déploie la baie de Douarnenez, la vue sur l'île Tristan est belle.

Terminant le tour de la cité par le boulevard Camille Réaud, c'est le port de plaisance de Tréboul qui se dévoile, on peut s'y rendre en traversant le bief du Port Rhu par une passerelle-promenade.

Mais la visite de Tréboul sera pour une autre fois...


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format.

Article précédent Accueil Article suivant

#douarnenez, #bretagne, #treboul, #iletristan, #rosmeu