• Christian B.

Au Rajasthan, une démente circulation #2

Mis à jour : mars 30


Nous arrivons à Jaipur et en ville, les rickshaws sont les rois du goudron ! Il faut dire que leur maniabilité est incroyable, ils tournent littéralement sur place.


Les grandes avenues sont à trois voies, mais avec les encombrements on circule souvent jusqu'à six de front.


Chez nous, on serait inexorablement bloqué durant des heures, ici non et dans un capharnaüm de klaxons, on avance, on se pousse, on change de file, on emprunte même ce qui sert de trottoir.




Les rickshaws sont donc omniprésents, ils se faufilent partout !


Mais ces rois du goudron partagent le titre avec les motos, des centaines de milliers de motos de 100 ou 125 cm³, les gros cubes n'ont pas la cote mais il faut dire que le prix des engins atteint celui que nous connaissons dans l'hexagone.


Ah ! Il faut voir ces amoncellements de colis qu'on empile entre le pilote et son passager ou les gros bidons de lait qui pendent de part et d'autre de la moto.

Cette moto est si prisée qu'il y a même sur la route de Jodhpur un temple où elle est vénérée tel un dieu !




On circule à deux ou à trois sur l'engin, on circule aussi à quatre ! Si, si !


On a même vu à plusieurs reprises cinq adultes ou enfants serrés comme des sardines sur leur monstre !

Les femmes au guidon sont rares, elles prennent place derrière leur compagnon, superbes dans leur sari aux couleurs chatoyantes installées en amazone. C'est charmant, reposant et finalement à les voir on se prend à dire que non, la circulation n'est peut-être pas aussi démente !


Je vous invite à regarder le court montage audiovisuel (4,01 minutes) ci-dessous.

→ Les photos peuvent être regardées en grand format : clic sur la photo, puis nouveau clic sur la petite image.


Article Précédent Accueil Article suivant


#rajasthan, #inde, #jaipur