• Christian B.

Sabbioneta

Mis à jour : nov. 8


En lisant les guides touristiques nous avons eu envie d’aller voir la ville de Sabbioneta, « cité idéale à mesure humaine » et inscrite au Patrimoine Mondial par l'UNESCO : de quoi attirer notre curiosité et ce fut une belle et bonne surprise !

À 33 kilomètres au sud-ouest de Mantoue, cette curieuse petite ville fortifiée du XV° siècle est sortie des phantasmes du prince Vespasien Gonzague, général du roi d'Espagne Philippe II, qui voulait en pleine campagne une capitale toute neuve entièrement à lui !

Aujourd’hui Sabbioneta conserve presque intacte sa structure urbaine, entourée de remparts possédant un plan en étoile et de nombreux palais aux plafonds richement ornés d’époque Renaissance.

En passant la muraille hexagonale, nous sommes accueillis par une statue d’Athéna, protectrice de la ville sur la Piazza d'Armi où se déroulaient les joutes, les parades militaires, les tournois et les courses qui animaient la vie de la cour.

Mais, à côté des plaisirs et des divertissements, le travail et l’exercice du pouvoir occupaient une place tout aussi importante.

Sur le côté de la place, le Palazzo del Giardino - aujourd'hui en partie occupé par l'office du tourisme - élégant édifice en briques rouges était destiné aux fêtes, il présente des murs et des plafonds richement décorés.

Nous sommes agréablement surpris : plafonds et murs sont peints à fresques : des fresques très fines, rappelant l’art étrusque avec des motifs variés, dans une harmonie de couleurs épatante. Les thèmes sont variés : végétation, personnages célèbres de l’époque ou grands mythes.

La galerie des Arts, destinée à accueillir la collection archéologique du duc, longue de 96 mètres, l'une des plus longues édifiées à la Renaissance, rappelle Versailles.

Les ingénieux trompe-l'œil à chaque extrémité renforcent encore la perspective.

Nous rejoignons le Palazzo Ducale avec ses plafonds de bois à caissons en cèdre du Liban, sculptés qui témoignent sa splendeur passée.

La Sala delle Aquille, abrite quatre statues équestres en bois des Gonzague, rescapées d'un groupe de dix après un incendie au XIX° siècle.

Le Teatro all'Antica aux murs couverts de fresques dans le style de Véronèse a été le premier théâtre indépendant couvert d'Europe ; il vit les premières pièces de Monteverdi.

La Chiesa della Beata Vergine Incoronata recèle aussi un petit chef d'œuvre en trompe l'œil notamment une admirable coupole octogonale qui invite à lever les yeux vers le ciel.

Nous attendons le début d’après-midi, l’ouverture du Museo A Passo d'Uomo, un musée d’art sacré, pour voir la toison d’or offerte par le roi d’Espagne Philippe II à Vespasien de Gonzague en remerciement de ses bons offices. Une loupe, installée dans la vitrine, permet de voir tous les détails de ce bijou d'exception, un pendentif en forme de mouton.

Avant de repartir vers Ferrare, nous irons encore visiter l'ancienne synagogue, ouverte et gardée, témoin d'une communauté juive très active à Sabbioneta – en particulier dans les travaux d’imprimerie - à l’époque de Vespasien Gonzague.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format.

Article Précédent Accueil Article suivant

#sabbioneta, #palazzodelgiardino, #palazzoducale #teatroallantica, #chiesadellincoronata #museoapassoduomo