• Christian B.

La Retordica ~ Courses d'attelages

Mis à jour : nov. 10


Les courses de traîneaux à chiens se subdivisent en plusieurs catégories en fonction du nombre de chiens attelés et en trois sous-catégories en fonction de la race des chiens attelés.

En effet, les Siberian Husky, plus rapides concourent dans une catégorie à part, la catégorie 1, les trois autres races courent dans la catégorie 2, alors que les chiens sans papier dit de « type nordique » et reconnus aptes par la commission cynologique de la fédération, participent dans la catégorie 3.

Ces courses se déroulent en deux manches sur des distances qui varient en fonction de la catégorie et du nombre de chiens attelés, l'une le samedi et l’autre le dimanche et le classement final se fait par addition des temps des deux manches.

Les catégories « D » (deux chiens) et « C » (trois ou quatre chiens) courent sur des parcours de 7 à 8 kilomètres par manche.

Les catégories « B » (cinq ou six chiens) courent sur des parcours de 12 à 15 kilomètres.

La catégorie « A » (sept ou huit chiens) coure sur des parcours de 18 à 20 kilomètres.

Enfin la catégorie « O » (neuf chiens et plus) parcourt 22 à 25 kilomètres par manche.

Ces distances sont celles des courses rapides dites de « sprint », mais il existe deux autres types de courses, celles de moyenne distance et celles de longue distance.

Les courses de moyenne distance se courent comme celles de sprint, avec les mêmes catégories, mais sur des distances plus longues allant de 20 kilomètres par manche pour les plus petits attelages à 60 kilomètres pour les plus grands, soit environ trois fois plus longue que pour une course de sprint.

Les épreuves de longue distance sont différentes dans l’esprit et si en Europe il n’y a pas les mêmes possibilités de parcours enneigés comme en Alaska où la mythique Iditarod se court sur 1.800 kilomètres, les parcours des courses de longue distance doivent couvrir au minimum 50 kilomètres par manche et ce sont souvent des courses par étapes sur plusieurs jours.

Mais alors il y a une différence importante puisque les traîneaux sont chargés les mushers devant impérativement bivouaquer la nuit avec leurs chiens ; ils emportent tout le matériel sur leurs traîneaux : tentes, sacs de couchage, nourriture pour le musher et les chiens, eau, gamelles, équipements obligatoires et matériel de survie…

On se rapproche plus de l’esprit trappeur et aventurier et les épreuves sont réservées à des mushers expérimentés.

PS : je n'aurais pu écrire cet article sans les notes de la Fédération Française de Pulka et Traîneau à chiens (FFPTC).



→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

Je vous invite à regarder le montage audiovisuel (4,43 minutes) ci-dessous.

Article Précédent Accueil Article suivant

#retordica, #siberianhuskies, #malamutedalaska #samoyède, #eskimodugroenland #attelages, #retordica