• Christian B.

Carnets du Danemark ~ Ribe #1

Dernière mise à jour : oct. 27


Ce mardi 10 août, nous avons rejoint la ville de Ribe, gros bourg de 8.000 habitants à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tønder, avec une alternance de soleil et de pluies, parfois fortes, et ce sera notre lot tout au long de la journée.


Nous allons donc visiter Ribe ou plus exactement sa vieille ville que nous rejoignons depuis aire de notre stationnement, en une douzaine de minutes.


Chemin faisant, alors que nous sommes par moments copieusement arrosés par la pluie, se rencontrent des rues, voire des ruelles, entièrement bordées de ces petites maisons typiques, souvent à colombages, basses et joliment colorées aux couleurs variées.



Depuis que le commerce maritime s’est détourné de Ribe, la commune favorise le tourisme pour faire renaître la cité et pour s’en convaincre, il suffit de baguenauder dans le centre historique lequel, grâce aux restaurations architecturales, attire les touristes en nombre.



Les commerces sont nombreux, sans pour autant faire étalage de tout le kitsch que l’on voit trop souvent par ailleurs ! Ribe c’est peut-être la ville médiévale la mieux conservée du Danemark !



Notre balade nez au vent nous fait passer devant Den Gamle Arrest, la vieille prison, transformée en hôtel-café-boutique dont la cour intérieure servant de promenoir, a laissé la place à la terrasse d’un café où nous ferons une petite halte autour de quelques boissons le temps d’admire le bâtiment datant de 1590, mitoyen de l’hôtel Dagmar**** datant de 1581, le plus vieil hôtel danois.



À côté, le restaurant Weis Stue du XVII° siècle dans son habit de colombages est l’une des plus anciennes auberges danoises.



À quelques pas, le Quedens Gaard, adorable salon de thé et boutique dont la maison date de 1789, l’intérieur ressemble à un musée ( il y en a d’ailleurs un petit, qui présente Ribe au XIX° siècle ).


En fin de journée, nous revenons vers nos véhicules par Fiskergade, l’une des ruelles les plus pittoresques de Ribe, et qui s’ouvre sur des venelles étroites, toutes revêtues de gros pavés ( gare aux talons-aiguilles mais ces dames habituées aux voyages n’en ont pas mis ! ).


Beaucoup de maisonnettes, en sus de leurs couleurs chatoyantes et leurs différents styles, égayent leurs façades qui d’un rosier, qui d’une plante grimpante, voire d’une humble bassine pleine de fleurs posée sur un petit banc. C’est d’un charme touchant.


S’agissant de maisons anciennes, les fenêtres ne sont pas grandes, elles sont doublées d’une seconde fenêtre pour améliorer l’isolation, nous sommes déjà dans un pays nordique, ne l’oublions pas.



→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article suivant

95 vues19 commentaires

Posts récents

Voir tout