• Christian B.

Entre Valtournenche et Mattertal

Mis à jour : mars 1


Aux pistes de ski proposées par nos stations de sports d'hiver, je préfère - on le sait - les descentes en toutes neiges tous terrains mais comme les pianistes qui doivent faire régulièrement leurs gammes, il n'est pas trop désagréable d'aller faire des courbes à grande vitesse sur des pistes bien lissées comme à Breuil-Cervinia dans le Valtournenche (Val d'Aoste).


Ce n'est pas bien loin et depuis la Savoie, il faut moins de trois heures par le tunnel du Mont-Blanc pour rejoindre Le Breuil dans le Valtournenche.


Au Breuil (2.050 m), il suffit juste de faire quelques pas sur la place devant l’église pour saisir l’esprit du lieu : non seulement le visiteur est dominé par le clocher blanc du village ou les crêtes acérées des Grandes Murailles qui le dominent et qui atteignent 3.905 mètres d'altitude à la Punta Margherita, mais son attention est surtout attirée par le Cervin (4.478 m), la plus belle montagne du monde, disent les Valtournains.


Depuis les alpages, les pâturages ou les vieux rascards en bois et en pierres parfois transformés avec goût en restaurants d'altitude, le Cervin est vraiment une montagne magnifique et les habitants font tout pour le mettre en valeur et en offrant à leurs hôtes un accueil chaleureux.


En hiver, le skieur doit se couvrir chaudement car il y fait généralement très froid, le téléphérique sommital faisant monter jusqu'à la Testa Grigia (3.480 m) d'où par la piste Ventina c'est ensuite une descente de 11 kilomètres pour regagner Breuil, soit un dénivelé de 1.400 mètres. Exceptionnel !


J'y suis allé souvent en janvier lorsqu'il n'y a (presque) personne du moins hors week-end quand la station est envahie par les Milanais et à chacun de mes passages, ce furent de superbes journées de ski avec pause à midi dans les petits restos d'altitude dont la carte et le prix feraient pâlir de jalousie leurs homologues franchouillards qui pratiquent des prix exorbitants.


Le domaine skiable est très vaste et il faut s'employer si on veut parcourir toutes les pistes dans leur entier dans une même journée.


D'ailleurs, si ça ne suffit pas on peut l'agrandir en passant sur l'autre versant, celui de Zermatt dans le Mattertal et je l'ai fait un jour de beau temps bien sûr pour profiter au mieux de superbes panoramas.


Ici le Cervin ne s'appelle plus Cervin (ou plutôt Cervino, nous sommes en Italie ne l'oublions pas même si dans le Val d'Aoste on parle le français) mais Matterhorn et sa silhouette altière est connue dans le monde entier.


Le Matterhorn n'est d'ailleurs pas l'unique sommet de plus de 4.000 mètres dominant le secteur puisqu'on compte 41 sommets dépassant cette altitude dans les Alpes Valaisannes et bon nombre d'entre eux figurent à mon carnet de courses, certains ayant été gravis en été, d'autres à skis en fin d'hiver ...


Je ne regrette pas ma vie d'alpiniste mais aujourd'hui, après l'avoir vécue, il ne m'est pas trop dur de regarder les sommets d'en-bas, sans regret, en leur disant merci !


→ Les photos sont de 2008 et 2011, merci de votre indulgence


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article Précédent Accueil Article suivant



89 vues6 commentaires

Posts récents

Voir tout