• Christian B.

Gruyères, petite ville médiévale

Mis à jour : avr. 17


Après avoir quitté les Alpes Vaudoises, être passés par le Pays d'En-Haut et avoir descendu la vallée encaissée de l'Intyamon, nous débouchons sur la plaine en milieu de journée, je devrais plutôt dire le plateau puisque la région est à 700 mètres d'altitude, à 33 kilomètres au sud de Fribourg capitale du canton éponyme, pour nous diriger vers la petite ville médiévale de Gruyères.


On n'entre pas dans la ville en voiture, les véhicules sont abandonnés sur des parkings au pied de la cité et on la rejoint 80 mètres plus haut par des sentiers.


Avec ses rues pavées piétonnes, ses remparts et ses jolies maisons, le tout parsemé de points de vue sur les Préalpes fribourgeoises, Gruyères en français, Greyerz en allemand (le canton est bilingue), est l'une des cités médiévales les mieux préservées de Suisse romande !


Comme d'autres visiteurs venus du monde entier, nous parcourons la rue principale pavée et ceinte de remarquables habitations remontant à la construction de la ville qui s’est développée au pied du château, l’ensemble surplombant la vallée de l'Intyamon. Plusieurs d’entre-elles arborent la grue héraldique, symbole de la ville.


Au bout de la rue se dresse le château des comtes de Gruyères dont les fondations remontent au XII° siècle.


La ville possède deux musées, tous les deux dans des bâtiments historiques, l’un consacré au plasticien grison H.R. Giger, récompensé en 1980 de l'Oscar des meilleurs effets visuels pour sa participation artistique dans le film « Alien ».


Abritant la collection Alain Bordier, une exceptionnelle collection privée d’art tibétain, résultat de la rencontre entre un homme et un lieu, le Tibet Museum se veut le partage de 30 ans de passion pour l'art de l'Himalaya. Je ne suis pas sûr que les sculptures très modernes disposées devant le musée s'inspirent de l'art tibétain...!


Mais l'heure avancée ne nous laisserait guère de temps pour apprécier et nous nous contentons donc d’admirer l’extérieur du château en nous promettant de revenir.


De l'une des terrasses, la vue sur la vallée et les montagnes alentours est vraiment superbe, avec un décor de pâturages, au pied du Moléson (2.002 m), de la dent de Broc (1.830 m) et de la dent du Chamois (1.340 m). Nous avons l’impression de nous retrouver face à une carte postale pour la Suisse…


Nous ne pouvions pas quitter le coin sans être passés à la Maison du Gruyère, à Pringy, un hameau de la cité, pour y faire quelques emplettes notamment un morceau du fromage au nom éponyme.

Et puis nous sommes allés bivouaquer au bord du lac de la Sarine, un coin sauvage connu des pécheurs ...

Nota : pour les gastronomes quelques plats du coin : la fondue moitié-moitié (une fondue faite pour moitié de Gruyère et pour moitié de vacherin fribourgeois), la croûte au fromage (ce nom curieux cache un met très simple : du pain, du fromage et du lard, j'adore...), ou encore l’assiette de charcuterie et fromage, le tout accompagné d’un vin blanc sec fribourgeois.

Re Nota : Gruyère français ou Gruyère suisse ? Emmental français ou Emmental suisse ? Je vous laisse faire votre choix ...

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

Article Précédent Accueil Article suivant

#gruyeres, #hrgiger, #alainbordier, #maisondugruyere, #fribourg,

110 vues24 commentaires