top of page
  • Christian B.

Islande – Les falaises de Látrabjarg #1

Dernière mise à jour : 16 déc. 2022

Après l’arrêt devant les cascades du Hraunfossar et de la Barnafoss, c’est un long trajet de liaison pour arriver dans la péninsule de Vestfirðir, dans le nord-ouest de l’île, qui est au programme du jour, un parcours extraordinaire nous faisant longer des fjords et franchir des montagnes qui les bordent avec des vues incroyables !


Nous arrivons au bout du bout du monde, à Breidavik, peu après 20 heures


Dès 22 heures, nous repartons en suivant une longue piste terreuse vers Latrabjarg photographier les oiseaux sur les falaises, il pleuvine et le vent souffle en rafales déséquilibrant au déclenchement lors des prises de vue ( malgré les trépieds ) et de plus, j'ai les doigts insensibles ( vieille histoire de doigts gelés dans une face nord de l’Oberland ) !


Látrabjarg, c’est un ensemble de falaises qui s’étalent en longueur sur 14 kilomètres et qui culminent jusqu’à 444 mètres de hauteur.


Les anfractuosités dans les falaises et l’herbe au-dessus des parois offrent des abris parfaits pour la faune avicole, ce qui fait que Látrabjarg abrite plusieurs millions d’oiseaux qui y nichent durant les mois d’été.


On y trouve notamment le Pingouin Torda ( ou petit pingouin ) avec une colonie qui représente 40% de la population mondiale de l’espèce.


Cette falaise est surtout connue pour être le lieu de nidification des macareux moines, mais aussi d’autres oiseaux comme les guillemots de Brünnich, les guillemots de Troïl, les mouettes tridactyles ou encore les fulmars boréaux.


En contrebas, il est aussi parfois possible d’apercevoir quelques phoques qui se prélassent au bord des rochers et sur les prairies de voir quelques renards cherchant les nids d’oiseaux.


Pour être certain de voir un maximum d'oiseaux et surtout des macareux moines, il est conseillé d'y aller de préférence un jour de pluie, les macareux adorant la pluie et partent en mer les jours de beau temps !


Nous avons passé là dans la froidure et le vent avec par moments de la pluie – donc un jour de chance selon les conseils des topos-guides – toute la soirée jusqu’à l’heure où dans l’hexagone la jeunesse dorée rentre de boite de nuit ( ! ) et nous y sommes retournés le lendemain après une nuit plus que courte ne quittant les lieux que dans l’après-midi fascinés à observer et photographier sans qu’aucun de nous ne se lasse…

Nota Les falaises de Látrabjarg entrent dans l’histoire en 1947 lorsqu’un chalutier britannique, le Dhoon, s’échoue sur les récifs le 12 décembre. Les secours, prévenus par radio, vont alors mettre en place une opération de sauvetage compliquée en descendant en rappel sur 200 mètres de hauteur, par un temps glacé et battu par les vents. Arrivés au niveau du rivage, ils vont alors lancer une corde au bateau et extraire les douze marins survivants des flots en furie. Un panneau d’informations rappelle ce fait de bravoure.



→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format



Article précédent Accueil Article suivant

97 vues23 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page