• Christian B.

Les chalets de la Glière par le sentier-balcon du Bochor

Dernière mise à jour : 7 juin

Blotti au pied de la plus grande calotte glaciaire des Alpes dans un site naturel exceptionnel, Pralognan-la-Vanoise a su conserver son cachet de village montagnard mais ce n’est pas pour lui que je suis venu en ce début mai en compagnie de ma complice attitrée, c’était l’occasion d’approcher les hauts sommets.


L'omniprésence des installations de remontées mécaniques est un peu repoussoir pour les amateurs d’espace vierge mais le vert de la nature printanière et surtout le panorama tendent à les faire oublier.


Nous démarrons notre balade en quittant le parking des Fontanettes ( 1.640 m ) et empruntons un raide sentier aux lacets nombreux, il nous permet de rejoindre en une grande heure le Mont Bochor ( 1.990 m ) desservi en hiver et durant les deux mois d’été par un téléphérique.


Après une pause devant le chalet du Pachu, depuis le Mont Bochor nous suivons un sentier aérien, en balcon au-dessus du bois de la Glière.


Il nous amène au refuge des Barmettes ( 2.010 m ) qui pouvait constituer l’objectif de notre balade du jour, mais une incursion à l’alpage de la Glière ( 2.052 m ) s’imposait nous permettant de découvrir les murets, récemment restaurés, qui délimitent l’ancienne piste communale d’accès au col de la Vanoise, un itinéraire chargé d’histoire.


Dénommée la route du sel, cette piste communale fait partie intégrante du patrimoine culturel de la Vanoise car, durant cinq siècles, elle a vu passer ici des caravanes de mules et de muletiers qui acheminaient le sel de Moutiers jusqu’à la Maurienne et au-delà au Piémont italien.


Indispensable pour la conservation des aliments, le sel l’était tout autant pour la fabrication des fromages et toutes les Alpes profitaient ainsi des eaux salées de la ville de Moutiers, exploitées pour cela depuis l’époque romaine.


Le printemps vient à peine d’arriver ici et seuls les crocus commencent à sortir mais l’ensemble du parcours est bordé d’une flore très riche et parfois rare comme la dracocéphale d’Autriche et la violette pennée qui se découvrent plus tard en saison.


En pleine floraison, le secteur regorge de papillons et il est possible d’y observer plusieurs espèces d’oiseaux : merle de roche, crave à bec rouge, tichodrome échelette, faucon crécerelle, buse variable…


C’est par la piste de ski dret dans l’pentu que nous sommes revenus à notre point de départ, ravis du cadre dans lequel nous avons évolué durant plus de cinq heures.


Date 7/05/2022, départ 8 h 40 retour 13 h 55 temps 5 h 15 ( arrêts inclus ), distance 7,1 km, difficulté T1, D+ / D- 501 m,

Carte IGN 1/25.000 3534 OT – Les Trois Vallées

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS ici [ clic ] mais aussi là [ clic ]



→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Je vous invite à regarder le montage audiovisuel ( 6,03 minutes ) ci-dessous.



Article précédent Accueil Article suivant

100 vues17 commentaires

Posts récents

Voir tout