top of page
  • Photo du rédacteurChristian B.

Les vaches d'Hérens

Dernière mise à jour : 21 févr. 2023

Robustes, fières et combatives, les vaches de la race d'Hérens - cette race autochtone est originaire du Val d'Hérens dans le Valais, d'où son nom - peuvent aussi avoir un tempérament très doux et s'attachent facilement à leurs propriétaires.


Cette vache, naturellement fière et agile, dotée d’une belle musculature, de cornes solides et d’un cuir épais - un mètre vingt au garrot et pesant environ 550 kilos - est la plus petite vache d’Europe mais sa rusticité en fait une excellente montagnarde qui se déplace avec agilité en terrain difficile et peut ainsi paître aisément dans les hauts pâturages.


Bien adaptée au climat et au relief montagneux - elle grimpe facilement jusqu’à 3.000 mètres d'altitude - la vache d'Hérens est un véritable symbole de la vie montagnarde valaisanne.


Bien qu’elle ait un tempérament très doux, lorsqu’il s’agit de se regrouper, celles qui ont le plus de tempérament font alors valoir leur robustesse afin de décrocher, à coups de cornes, le titre de reine du troupeau et à chaque printemps, lors de la montée à l'alpage, elles luttent entre elles avec acharnement, corne contre corne.


Elles ne sont pas dressées pour ça et les affrontements sont naturels : la plus forte de toutes, marchera pendant l'été en tête du troupeau ( il faut lire la description d’un combat de reines dans le roman de Frison-Roch Premier de Cordée ).


Ces combats ont lieu en plaine avant la montée à l'alpage et sur les alpages eux-mêmes non seulement dans le Valais mais aussi dans plusieurs cantons suisses, dans le Val d’Aoste et même dans quelques coins de Savoie et Haute-Savoie.


Les vaches choisissent elles-mêmes leurs adversaires successives et arrêtent le combat dès que la vaincue se détourne. Celle qui a gagné s'en ira affronter une autre, les blessures au cours de ces combats sont très rares.


La tradition ancestrale de la désalpe – la descente des montagnes entre mi-août et fin octobre - s'est transformée depuis une vingtaine d’années en de grandes fêtes populaires qui attirent de très nombreux éleveurs, nombre de touristes et spectateurs passionnés.


Souvent, il m’est arrivé d’aller dans le Valais pour assister à cette désalpe à La Fouly, à Chandolin ou encore à Charmey dans le canton de Fribourg.




Les éleveurs de la race le disent : « L’Hérens, c’est bien plus qu’une vache ».


→ pour en savoir plus

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


151 vues19 commentaires

Posts récents

Voir tout

19 comentarios


Chantal Le Cabec
14 feb 2023

Elles ont vraiment un gabarit impressionnant, ces vaches d'Hérens! La peau entièrement noire, c'est étonnant de ne pas voir la moindre petite tache claire : bon d'accord, c'est la race qui veut ça. Leurs cornes et leur cloche nous tiendront à l'écart, même si tu dis qu'elle sont d'un naturel très doux. bises. Ch

Me gusta

Nicole Rey
14 feb 2023

Merci pour ce très bel article, effectivement elles ont l'air robustes et je les trouve bien belles

nous avions assisté à un combat en Suisse ou Autriche ? impressionnant

bonne continuation avec des photos du 14 Février

Me gusta

Montcalm
14 feb 2023

Sympa ton article ; c'est bien de mettre en avant ces animaux qui font partie intégrante du patrimoine de la montagne .

Ce qui me surprend ce sont les combats , mais j'imagine que c'est une tradition .

Me gusta
Christian B.
Christian B.
14 feb 2023
Contestando a

Les combats, c'est dans leur nature mais les montagnards en ont fait un spectacle souvent autour d'une belle fête.

Me gusta

canadian.attitude
canadian.attitude
14 feb 2023

Bonjour Xtian,

Très beau reportage sur ces vaches. J'ai pu en voir en Savoie au Col du Petit saint Bernard. Elles venaient d'Italie et étaient en totale liberté. Ce sont de magnifiques bêtes. Tes photos savent nous montrer de très belles montagnardes. Douce journée. Bises "La Baroudeur"

Me gusta

claire-cerise
claire-cerise
14 feb 2023

Kikou Xtian, Ces vaches sont petites mais costaud(e)s !! Les combats naturels qu'elles font entre elles, ne les blessent pas, ce qui est un bon point pour elles. C'est juste pour élire la reine du troupeau, bravo mesdames ! Alors du coup, ces combats sont devenus fêtes populaires ! J'imagine assez bien car, lorsque nous vivions en NCalédonie, nous assistions tous les ans et à la même période, à une fête "rodéo" avec des vachettes. Ces spectacles attirent toujours du monde et l'ambiance est extra ! Merci pour ce joli reportage et GBizhous au Conteur !

Me gusta
bottom of page