top of page
  • Photo du rédacteurChristian B.

Sur les chemins du Baroque ~ En Tarentaise l’église Saint-Sigismond d’Aime

Dernière mise à jour : 15 sept. 2023

Agrandie à la fin du XV° siècle, l’église Saint Sigismond d’Aime présente toutes les caractéristiques de l'art baroque, dont les principes sont la conséquence de la contre-réforme et du concile de Trente.

L'édifice, modifié au XVII° siècle, conserve néanmoins quelques éléments du bâtiment dont la construction s'achève au XV° au pied de la colline Saint-Sigismond, en particulier des arcs en accolade au-dessus de la porte latérale d'entrée.


Le portail principal en marbre gris, issu de la toute proche carrière de Villette, s'inspire directement des principes posés par François Cuenot en 1660 dans son livre d'architecture.


Les peintures des voûtes en trompe-l’œil sont commandées au milieu du XIX° siècle par trois frères : Alexandre, Auguste et Antoine Artari, artistes venus du Valsésia, dans le Piémont. Elles représentent les quatre grands prophètes de l'Ancien Testament, les Évangélistes et les quatre Pères de l'Eglise latine.


Le sculpteur Jean-Baptiste Delponte reconstruit le retable majeur en 1813 avec les éléments du retable originel de Jacques Clérant ayant échappé aux destructions révolutionnaires, et suivant les croquis de celui-ci.


En son centre, le tableau de la Nativité de la Vierge peint par Jean-Pierre Tosi en 1803 est encadré de colonnes torses ornées de pampres de vigne et de rosiers et, de part et d'autre, de saint Pierre et saint Paul.


Le deuxième registre met à l'honneur saint Grat et saint Roch, fréquemment implorés pour la protection des récoltes, pour le premier, et contre la peste pour le second, accompagnés de saint Jacques et saint François-de-Sales.


La chaire à prêcher sculptée par Jean-François Bernard en 1705, ainsi que les stalles du chœur réalisées par Pierre Chanu en 1728, sans doute jugées utiles pour haranguer la foule et pour le repos des édiles révolutionnaires, ont été préservées en 1794.


Contrairement au retable, les six qu’on découvre dans les nefs latérales sont des restaurations du XIX° siècle dans le style néoclassiques pour nous inciter à admirer le paysage


En savoir plus sur cette église Saint Sigismond d’Aime


→ Les Chemins du baroque® rassemblent 80 édifices en accès libre ou guidé.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format



82 vues14 commentaires

Posts récents

Voir tout

14 Comments


Nicole Rey
Sep 14, 2023

Merci pour ton article, tes photos superbes, .ces églises rutilantes à l 'intérieur doré doré !

C'est beau mais le reflet de l'état d'esprit de l époque : une revanche au 18éme, attirer les protestants ,éblouir par la richesse des décors .

c'est ça qui me passe à l'esprit chaque fois que j'admire quand même ces intérieurs

Bonne journée

Like

Jacqueline Guéret
Jacqueline Guéret
Sep 13, 2023

Bonjour Christian

Surprenant ce contraste entre l'extérieur et l'intérieur

Un beau patrimoine à préservé pour honorer le travail des anciens et des artistes.

Belle journée

Bises océanes un peu plus fraiches

Like

Montcalm
Sep 12, 2023

Waouh le décor , quelle densité et richesse !

Même si ce n'est pas forcément de mon goût c'est impressionnant ;

et bravo pour tes magnifiques photos !

Amitiés

Like

Roguidine
Sep 12, 2023

Bonjour,

C'est magnifique, l'art Baroque j'adore, alors je ne le ne peux que apprécier toutes ces superbes photos, merci.. Bonne journée, bises

Like

claire-cerise
claire-cerise
Sep 11, 2023

Kikou Xtian, Elle est incroyable cette église ! Tellement simple à l'extérieur et tellement riche à l'intérieur ! Juste une petite remarque, lorsque tu décris un tableau comme celui de la Nativité de la Vierge, il serait mieux que cela soit le bon 😄 ! Mais à part ça, ce billet nous montre des merveilles ! GBizhous !

Like
bottom of page