• Christian B.

Terres Australes ~ L'île Saint Paul

Mis à jour : avr. 14


Mercredi 7 avril

Dans la nuit, nous avons longé la côte puis quitter l'archipel des Kerguelen. Il faut saisir ce moment de pause pour revenir sur les jours passés à Ker. C’est le voyage à l’envers. Kerguelen, c’est une immensité, c’est – et tant pis pour les clichés – incroyablement splendide.

Bien microscopique adjectif pour tenter d’approcher cette sensation de coup de poing droit dans le plexus. On emporte gravées pour très longtemps, on est même tenté de dire pour toujours, des images incandescentes. La sacrée météo a été coopérative, ce qui n'a pas été souvent le cas dans les rotations qui nous ont précédés.

Jeudi 8 avril

L'île d'Amsterdam, notre troisième et dernière « escale » avant la remontée vers l'île de La Réunion, est maintenant dans le cap du Marion Dufresne.

Cette journée comme la précédente a été à nouveau rythmée par les passages sur le pont à l'arrière du Marion pour des séances de photos des albatros et des pétrels, également par les conférences et les projections de films. Nous en connaissons un peu plus sur les gastéropodes minuscules de Crozet, sur la centaine d’espèces de lichens identifiés sur cette île, sur les otaries, sur les truites des Kerguelen. Nous tournons aussi les pages de l’histoire des terres australes, avec des photos de Kerguelen il y a quarante ans qui nous paraissent maintenant familières. Par contre, nous avons été choqués par les dégâts faits par l’homme au cours des décennies précédentes avec l’introduction volontaires ( les chats qui prolifèrent et tuent les oisillons dans leur nid ) ou involontaires d’espèces étrangères animales ( les rats ) et végétales. Nous pouvons apprécier le travail fait depuis la création de la Réserve Naturelle des Terres Australes en 2006.

Céline, notre médecin du bord, nous présente l’organisation médicale des TAAF, impressionnante mais qui ne peut pas empêcher un certain nombre de cas rendus tragiques par l’isolement, un isolement que nous réalisons pleinement maintenant après des jours de mer.

Nous nous livrons aux exercices devenus classiques maintenant du tamponnage du courrier qui sera enregistré à Amsterdam et de simulation d’abandon de navire.

Tout cela se passe dans la bonne humeur surtout que la température est remontée de dix degrés après le passage du front subantarctique. Les passages sur le pont sont fréquents, les grands albatros neigeux, les pétrels géants subantarctiques volent autour du Marion à la grande joie des photographes. Je pourrais rester des heures à les regarder sans jamais me lasser !

Demain nous nous lèverons tôt pour ceux qui veulent voir Saint Paul vers 6 heures du matin pour une courte escale avant de filer vers Amsterdam.

Vendredi 9 avril

Au réveil, le Marion Dufresne est positionné devant le cratère de l’île Saint-Paul. La mer à 17°C est un peu agitée, l’air est à 15°C, le soleil brille, la brume coiffe par moments le sommet de l’île, nous sommes dans des conditions subtropicales.


L’île, rendue tristement célèbre par l’histoire des « Oubliés de Saint-Paul », est petite et inhabitée ; il s’agit d’un ancien volcan dont le cratère s’ouvre sur la mer côté nord-est, formant une baie très fermée.

Une opération de transbordement a déjà commencé, le zodiac amène quelques scientifiques dont une sismologue du Bureau Central Sismologique Français de Strasbourg qui vient relever des appareils de mesure. Nous les voyons entrer dans le cratère par la passe étroite, salués par les otaries qui sautent et virevoltent autour d’eux.

Ce serait sympa d’y aller aussi mais Saint-Paul est décrété Réserve Intégrale, l'accès du site est strictement réglementé.

Compensant cette petite frustration, l’hélicoptère doit nous embarquer pour un survol des lieux, encore un endroit extraordinaire, nous ne serions pas surpris d’y surprendre le Capitaine Némo jouant de l’orgue dans le Nautilus ! Hélas, le brouillard rend impossible le survol de l'île par l'hélicoptère et après une longue attente l'opération est annulée.

En fin de matinée, le Marion met le cap vers Amsterdam que nous apercevons là-bas, dans le nord- nord-est.

Écrit devant l'île Saint-Paul le 9 avril 2010


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article Suivant

#taaf, #ipev, #mariondufresne, #oceanindien #elephantsdemer, #ilesaintpaul, #petrelgeant #albatrosasourcilsnoirs, #otarie