• Christian B.

Apt, dans l'arrière-pays provençal

Mis à jour : avr. 23


Après ma visite de Saignon, une petite route m'a amené à Apt où en ce samedi matin veille de Pâques, c'était jour de marché, un monde fou et aucune place pour y garer mon véhicule malgré de longues recherches et de plus en plus éloignées du centre-ville.

Après avoir erré longtemps dans les bouchons occasionnés par les visiteurs du marché (je pourrais peut-être même écrire des marchés tant il s'étend d'un bout à l'autre de la ville), j'ai été me réfugier sur le parking du centre commercial Leclerc à deux kilomètres du centre-ville sur la route de Cavaillon et j'y ai passé la fin de ma matinée avant de revenir en ville pour visiter la cité peu avant 14 heures.

Au cœur du Parc naturel Régional du Luberon, Apt est une ville typiquement provençale réputée pour la qualité des produits de son terroir qui lui a permis d'être classé « site remarquable du goût » (je découvre à cette occasion qu'il existe un tel classement), c'est également la capitale mondiale du fruit-confit.

La ville ancienne recouvre l'emplacement d'une cité gallo-romaine créée en 45 avant J.C. près d'un oppidum. Ravagée à la suite des invasions du I° millénaire, elle retrouva sa prospérité après l'expulsion des sarrasins en 972. Sous l'Ancien Régime, la production de fruits confits connut un essor parallèle à celui de la faïence artisanale.

Alors que les derniers marchants forains terminaient de replier leurs bancs, j'ai vagabondé le nez au vent dans les charmantes petites rues de la vieille ville : fontaines anciennes, hôtels particuliers et petites placettes ombragées qui font partie du décor...

Son beau décor font du Palais Épiscopal l'un des plus remarquables de Provence ; il abrite aujourd'hui les services de la sous-préfecture.

Proche de la cathédrale, la Tour de l’Horloge ou beffroi, tour-portique a été construite de 1561 à 1563 sur une voûte à double arceau de style gothique provençal.

Il m'a fallu attendre un bon quart d'heure tranquillement installé sur un banc qui lui faisait face l'ouverture de la cathédrale Sainte Anne.

La nef du XII° siècle ne possédait à l'origine qu'un unique bas-côté alors que la croisée du transept est l'une des rares parties de l'église romane qui a conservé son état initial tandis que chœur typiquement gothique conserve encore un vitrail antérieur à la Révolution, fait rarissime pour un édifice provençal.


Le bas-côté gauche a été ajouté au XIV° siècle et des chapelles furent construites plus tard, l'une possède une belle coupole ovale tandis qu'une autre conserve un sarcophage paléochrétien.


Des bâtiments anciens il ne subsiste que les deux cryptes. La crypte supérieure du XI° siècle se compose d’un petite nef d’environ 8 mètres se terminant en abside. L’autel est constitué d’une table lapidaire pré-romane posée sur un cippe funéraire romain dont trois faces portent des inscriptions alors que sur les côtés, sept niches renferment des sarcophages chrétiens.

La crypte inférieure est le vestige d’un édifice romain du I° siècle utilisé pour les besoins religieux dès l’époque carolingienne, elle se compose d’un couloir accédant à un caveau où la tradition locale veut qu’ait été retrouvé le voile de Sainte Anne.

Avant de quitter Apt, en cette veille de Pâques où les chocolats sont bien appréciés, j'ai admiré la vitrine d'un pâtissier avant d'entrer faire provision dans sa boutique.

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

Article précédent Accueil Article suivant

#hauteprovence, #luberon, #apt #cathedralesainteanne, #tourdelhorloge