• Christian B.

En Chartreuse dans la peuffe

Mis à jour : mars 1


En ce premier dimanche de décembre, le bassin chambérien et les vallées qui lui sont proches sont sous le brouillard mais le soleil brille au-dessus de la couche - situation classique en hiver - aussi après la chute de neige importante de la nuit, l'envie est forte d'aller respirer l'air des montagnes proches (toujours ce sacré périmètre de 20 kilomètres de rayon imposé part les règles du confinement !).

Cette fois, c'est en solitaire que je me dirige vers le massif de la Chartreuse, fort beau massif fait de falaises calcaires tapissées de vert à la belle saison, un petit bijou qui s’étend entre Grenoble, Voiron et Chambéry.


Classé depuis 1995, son parc naturel régional est un site exceptionnel où plus de 2.000 espèces végétales, soit le tiers des espèces de l'hexagone, ont été référencées.


Il est tombé entre 40 à 50 centimètres de neige et c'est raquettes aux pieds dans une belle poudreuse que je démarre depuis le parking du foyer de ski de fond du Désert d'Entremont (1.181 m) en suivant une piste bien tracée plein nord en direction du col du Mollard mon objectif du jour dont une longue description (qui s'avèrera plus loin inutilisable) a été trouvée sur le site de Chartreuse-Tourisme alors que la température est largement négative.


Après 30 minutes d'un joli parcours ensoleillé, je pénètre dans une forêt, réserve de faune sauvage recolonisée par les chamois, une forêt dense où la neige tombée offre de beaux sujets à photographier.


Le col du Mollard (1.320 m) est atteint une heure après avoir démarré ma balade ; d'ici le topo fait redescendre le versant nord du col d'une soixantaine de mètres en dénivelé alors que le balisage semble avoir disparu (peut-être est-il enfoui sous la neige ?) et la trace laissée par un prédécesseur m'y invite.


Selon la description du topo, au pied de la pente, il me faudrait me diriger vers l'ouest avant de remonter vers la crête qui, du col du Mollard, rejoint le pied du Mont Outheran ; la trace suivie jusqu'à présent continuant vers le nord, je dois à regret l'abandonner... et bien plus bas que prévu.


Il me faut maintenant faire ma trace, enfonçant à chaque pas dans 50 centimètres de poudre parfois plus pour rejoindre dans ce versant nord la crête indiquée 90 mètres plus haut, m'arrêtant tous les 15 à 20 mètres pour souffler tout en consultant mon GPS (sans lui, il me faudrait faire demi-tour°) bien que le tracé récupéré sur Internet soit des plus simplistes (quant au topo, dans le contexte, il ne m'est d'aucune utilité ! ).


Remonter les pentes en me faufilant à mon gré et même contre mon gré ( ! ) entre les arbres et les taillis est un exercice certainement passionnant mais je m'en serais fort bien passé tant c'est épuisant.


Une heure s'écoule et je finis par atteindre la crête (1.350 m) où je retrouve (enfin !) le balisage et peu après des traces que je peux suivre pour retrouver plus loin mon itinéraire de montée.


Le retour vers mon point de départ à travers les prairies d'alpage inondées de soleil sera un enchantement.


° Chaque année, des randonneurs peu avertis se perdent dans des situations semblables et n'ayant pas fait demi-tour à temps passent la nuit dehors en attendant que le secours en montagne vienne les récupérer.



Date 06/12/2020, départ 10 H 50, retour 13 H 45 temps 2 h 15 (plus arrêts), distance 6,2 km, difficulté T1 (mais T2 dans les conditions d'enneigement), D+ / D- 253 m,

Carte IGN 1/25.000 3333 OT Massif Chartreuse Nord

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [ clic ]

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article Précédent Accueil Article suivant



123 vues17 commentaires

Posts récents

Voir tout