• Christian B.

Macerata

Mis à jour : janv 5


Habitée depuis au moins 3.000 ans, Macerata est perchée sur une colline de 314 mètres d'altitude entre les vallées du Potenza et du Chienti°, immergée dans un vaste paysage qui repose l’esprit, entouré d'une mosaïque spectaculaire de campagnes telles des jardins.

Magnifiquement placée en balcon dominant la plaine côtière et à une portée de flèche du centre historique, l'aire de stationnement est calme jusqu’à 7 heures mais ensuite ... elle se trouve sur le trajet des voitures allant se garer dans le grand parking à étages voisin et construit à flanc de colline.

Il a plu cette nuit et le ciel reste menaçant lorsque nous partons, parapluies en main - ils seront utilisés à plusieurs reprises apportant une note passionnante lorsqu'il faut se livrer à cet exercice tenir le gros APN d'une main et le parapluie de l'autre - pour une visite de cette ville, oubliée dans la plupart des guides touristiques et pourtant bien intéressante.

Après la Porta Mercato, la partie médiévale s’atteint par des rues étonnamment raides, presque des escaliers, puis la Piazza della Libertà se dévoile avec son hôtel de marchands impressionnante - les arcades de Loggia dei Mercanti du XVI° siècle.

Sur la Piazza della Libertà se dresse l'ancien Palazzo dei Priori, actuellement siège du Municipio (l’hôtel de ville), avec une jolie cour intérieure et dans lequel sont conservées des statues et des pierres tombales.

Toute proche, la Loggia dei Mercanti , un bâtiment à trois arcs et une loggia à l'étage supérieur, construite entre 1504 et 1505 sur une commande d'Alessandro Farnese, futur pape (Paul III) était en quelle que sorte la bourse.

Sur un autre côté de la place l'imposant bâtiment de la Questura, siège de la police d'état.

Lui faisant face, le Teatro Lauro Rossi et le jouxtant la Torre dell'Orologio dont la façade est dotée d’une horloge astronomique, on peut monter au sommet de la tour et avoir une vue sur la ville et les alentours mais nous nous en abstiendrons avec le temps pluvieux !

La Chiesa di San Paolo au fond de la Piazza était fermée tout comme le Duomo San Giuliano, sa façade qui semble du XII° siècle nous le fait bien regretter mais nous sommes entrés dans la Basilica Santa Maria della Misericordia qui lui est voisine, à l'origine une ancienne chapelle votive érigée en 1447, en un seul jour, autour d'une superbe fresque, pour parer au danger de la peste, un bien laid monument vu de l'extérieur.

Le Corso de la Repubblica donne à voir une succession de palais : Palazzo Ricci, Palazzo Buono Corsi, Palazzo Compagnoni Marefoschi ou encore dans une rue voisine le Palazzo dei Diamanti.

Rues étroites, bordées de belles maisons aux façades souvent décorées et aux fenêtres Renaissance, mais où il ne doit pas être facile de parquer la « macchina » !

Nous n’avons pas trouvé la pinacothèque cachée dans quelque petite rue peu avenante, elle possède une collection d'art contemporain, pourtant bien signalée mais le futurisme en matière d'art n'étant pas mon truc, je n'ai guère regretté !

° Ne pas confondre Chienti avec la région vinicole du Chianti !


→ Les photos peuvent être regardées en grand format : clic sur la photo, puis nouveau clic sur la petite image.

Article Précédent Accueil Article suivant

#macerata, #piazzadellaliberta, #loggiadeimercanti #palazzodeipriori, #torredellorologio #basilicasantamariadellamisericordia