• Christian B.

Kuhmo et la guerre d’Hiver

Mis à jour : avr. 15


Avant de quitter Kuhmo, nous sommes allés visiter le Kuhmon Talvisotamuseo (le musée de la Guerre d'Hiver), intrigués par le terme. Certes nous avions vu ici ou là des cimetières avec des tombes identiques et des dates correspondant à l’hiver 1939 / 1940, la visite du musée nous a permis d’en savoir plus.

Cette Guerre d’Hiver a éclaté en Novembre 1939 avec l’invasion de la Finlande par l’Union Soviétique. Crainte des russes que les allemands n’utilisent la Finlande comme tête de pont pour envahir la « Sainte Russie » et surtout n’atteignent directement la ville de Leningrad ou volonté de conquêtes territoriales de Staline ?

Staline réclamait de pouvoir installer des forces armées dans des zones portuaires pour faire face à un éventuel conflit avec l’Allemagne d’Hitler. Face aux refus des Finlandais, il mit en scène un soit disant bombardement par les Finlandais d’un petit village russe à la frontière, pour servir de prétexte à l’agression russe.

La Guerre d’Hiver débuta donc par une attaque éclair de l’Union Soviétique qui engageât dans la bataille 23 divisions (soit près de 450.000 hommes) en direction de la ligne Mannerheim (principale ligne de défense Finlandaise) alors que la Finlande ne pouvait mobiliser que 180.000 hommes. Aussi dut-elle user de son expérience sur son propre terrain pour y faire face.

Lors du lancement de l’offensive, les russes comptaient écraser la Finlande en quelques semaines, les généraux ayant promis d’apporter la Finlande en cadeau à Staline pour son anniversaire (le 18 décembre) mais les unités soviétiques étaient moins bien équipées et préparées pour une guerre d’hiver alors que les finlandais avaient l’habitude du climat et pouvaient y faire face. Ils mirent en action des groupes à ski très mobiles qui allaient être les principaux acteurs de la technique de défense consistant à fractionner une colonne.

Ces groupes à skis commençaient d’abord, lorsque les troupes russes s’engageaient dans les chemins étroits des forêts finlandaises, de détruire l’avant et l’arrière des convois empêchant ainsi toute progression mais aussi toute retraite. Puis ils attaquaient cette colonne en menant des raids éclairs sur des diverses portions de la colonne et ainsi la découpaient pour non plus affronter de front une armée entière mais bien de petites unités. Les groupes de soldats très mobiles en tenue blanche se confondaient avec le paysage, alors que les russes dans leur tenue verte se distinguaient parfaitement dans les grandes étendues de neige.

Les finlandais dépourvus au début du conflit du matériel nécessaire pour repousser une force blindée aussi puissante que celle des russes eurent recourt à des moyens simples mais qui allaient prouver leur efficacité, comme enfoncer une bûche de bois dans les rouages des chenilles des tanks pour les immobiliser et les pulvériser à coup de cocktails Molotov. Cela demandait beaucoup de courage mais les soldats finlandais allaient tenir en échec l’armée russe durant de longues semaines.

Staline, exaspéré par cet échec qui faisait passer l’armée rouge, quatre fois plus puissante que celle de son adversaire, pour une armée d’incompétents auprès du monde entier et surtout de son futur ennemi Adolf Hitler, fit fusiller les généraux. Finalement, suite aux déferlements des forces russes, la Finlande fut submergée. Elle signa le 12 mars 1940 le traité de Moscou qui la voyait dépossédée aux termes de ce traité de 10 % de son territoire et de 20 % de son potentiel industriel.

En Russie, bien que victorieuse sur le terrain, la Guerre d’Hiver fut considérée pourtant comme une défaite même si les réalités de cette victoire furent cachées au peuple russe, à qui on ne déclara que 350 morts officiels pour la prise de la Finlande… Les estimations actuelles font état de 123.000 soldats soviétiques tués ou disparus…

Après la visite du Kuhmon Talvistamuseo, nous avons repris la Tié Kaarjalan, vers Suomussalmi mais nous avons fait une courte halte sur le parking du Raatteen Porti, où est élevé l'émouvant Avara Syli (la vaste étreinte), un monument à la mémoire de toutes les victimes, finnoises et soviétiques de la Guerre d'Hiver, portant 105 clochettes, une pour chaque jour de guerre. Tout autour des vestiges de la Guerre d’Hiver ont été laissés là pour démontrer l’inanité de ces massacres.

Reprenant la Tie Kaarjalan, plus loin, tableau plus souriant, nos premières rencontres avec les rennes…

Nota : Après la guerre d'hiver, la Finlande avait signé un accord de coopération avec l'Allemagne hitlérienne permettant aux troupes allemandes de stationner en Finlande. Pressentant une paix séparée entre la Russie et la Finlande, le haut commandement allemand déplaça son armée pour protéger les mines de nickel et durant l'hiver 1942/43 des combats eurent lieu entre les forces allemandes et finlandaises...

J'ai déjà été trop long avec la Guerre d'Hiver mais si vous voulez en savoir plus sur la Guerre dite de Continuation un clic vers ce site vous en dira plus.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format

Article précédent Accueil Article Suivant

#kuhmo, #kuhmontalvisotamuseo, #raatteenporti #finlande, #guerredhiver