• Christian B.

Vizille ~ Dans le Parc du Château

Mis à jour : avr. 25


Le château de Vizille est construit dans un parc de plus de cent hectares entièrement clos par un mur, il séduit par sa beauté majestueuse autant que par sa diversité et il constituait le but de la sortie du club photo de ma bonne ville, sortie à laquelle j'étais convié en ce dernier jeudi de septembre.


En pénétrant par le portail monumental nous l'avons découvert, dominé par le château avec ses jardins initialement conçus dans l'esprit de la Renaissance par le connétable de Lesdiguières au XVII° siècle, lesquels ont subi par la suite de nombreuses transformations.

Le grand canal témoigne en particulier de ces profondes modifications : rectiligne et bordé de chaque côté par un tapis de pelouse, il dessinait en 1619 l'axe de perspective des jardins en traversant le parc depuis la galerie du connétable jusqu'à la cascade avec des parterres de broderies végétales assurant la liaison avec le château.


En 1830, influencé par la mode des jardins romantiques, Adolphe Perier a supprimé les parterres à la française, fait agrandir la pièce d'eau laquelle, par la courbe qu'il lui a été donnée, rompt la perspective ; les abords sont alors plantés de bosquets.


La roseraie créée en 1925 coïncide avec le passage du domaine à l'État pour servir de résidence d'été des Présidents de la République.

En 2004, l'aménagement du parvis a permis de retrouver des parterres fleuris bordés de buis taillés, dans l'esprit de ceux du temps de Lesdiguières ; il est composé d'une vaste esplanade et de parterres réguliers et fleuris qui représentent les trois bandeaux colorés du drapeau français.



Naturellement abondante, l'eau tient une place prépondérante dans la composition du site et le grand canal en est la pièce maîtresse, mais le domaine est également composé d'un important réseau de canaux et de source.


C'est le paradis des amphibiens, mammifères, oiseaux, tels que les poules d'eau, les hérons, les oies cendrées, les colverts, les bernaches, les cygnes et les martin-pêcheurs...

Les ruisseaux de la Dhuy et de la Reine et le canal de la filature sont les aménagements hydrauliques les plus remarquables, les ruisseaux s'écoulent dans le parc.


Les bosquets d'arbres composent une aquarelle d'essences multiples et près de 80 sont répertoriées telles les cèdres du Liban et de l'Atlas, les chênes, érables, frênes, merisiers, ormes, platanes...


Quant au parc champêtre, il recouvre l'ancien domaine de chasse du duc de Lesdiguières et les terres caillouteuses et peu profondes qui le composent montrent que cette partie ne fut jamais exploitée en terres agricoles et demeura boisée au fil des siècles.


La réserve animalière s'étend sur 40 hectares et abrite 200 cervidés que nous avons observés d'une haut de la tour élevée en limite de la réserve et où cerfs d'Europe, cerfs Sika originaires d'Asie, daims et biches vivent en semi-liberté.


Notre découverte du parc s'est faite avant d'aller visiter en milieu de journée le château et le musée de la Révolution, un choix qui s'est avéré judicieux car le ciel, sans nuage le matin, a laissé progressivement la place à un voile élevé de nuages qui n'aurait pas fait le bonheur des photographes si le choix avait été inversé.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article Précédent Accueil Article suivant


#vizille, #domaine, #chateau

107 vues1 commentaire