• Christian B.

Ferrara, le circuit médiéval et historique

Mis à jour : avr. 25


C'est avant tout à la famille d'Este que Ferrare doit sa richesse artistique et son renom, une famille qui régna 400 ans, du XIII° siècle à la fin du XVI° siècle.


Sous son règne la ville connut son apogée pendant la Renaissance, une fameuse école de peinture s'y développa ainsi qu'une riche vie littéraire, puis à la fin du XVI° siècle le déclin s'amorçât avec l'ensablement du Pó...

Notre véhicule abandonné sur l'immense parking de la via Darsenna proche du centre historique, nous commençons notre visite en passant tout d’abord à l’office du tourisme situé dans le Castello Estense.

Nous y achetons un billet « deux jours » qui nous permet d'entrer dans les musées ou palais et il nous est remis un dépliant proposant différents circuits à travers la ville, chaque circuit est doté d’une couleur, que l’on retrouve sur des panneaux fixés sur les murs des maisons : c’est bien pratique. Après la visite du château, la matinée nous verra sur le circuit bleu « Il centro medievale ».

Le château-fort - le Castello Estense - a été construit au XIV° siècle en marge de la ville, mais il se retrouve aujourd'hui totalement inséré au cœur de Ferrare.


La visite de l’énorme forteresse nous fait passer tout d’abord dans par ses prisons : brrrr… Certains y passèrent de nombreuses années dans des conditions inimaginables : deux frères d'Alfonso I° y furent enfermés coupables d'avoir comploté contre lui, l'un se suicida au bout de 34 ans, l'autre fut libéré au bout de ... 53 ans !


Ensuite nous avons accès aux appartements, des pièces vides mais somptueusement décorées qui témoignent du goût pour les œuvres d’art de cette famille protégeant de nombreux artistes.


Les plafonds peints à fresque sont recouverts de « pastilles », on comprendra pourquoi par la suite : les tremblements de terre de 2012 et 2016 ont ébranlé palais et églises dans toute la péninsule conduisant l'état italien à entreprendre d'importants travaux de consolidation.

Dans la superbe salle des jeux, des fresques illustrent tous les sports et jeux athlétiques de l'époque (tous en tenue d'Adam !) ; de grands miroirs astucieusement installés réfléchissent les plafonds évitant aux visiteurs de se martyriser la nuque.

À l'angle sud du Castello, début du parcours bleu, la statue de Savonarole, né à Ferrare, fait face au Corso Martiri della Libertà, une des principales artères de la ville : ses traits n’attirent pas la sympathie, c’est le moins que l’on puisse dire. Grâce soit rendue à l’artiste qui a sculpté cette statue fort vivante !

La façade de la Cattedrale di San Giorgio du XII° siècle est invisible à cause des échafaudages liés travaux de réfection : dommage, nous aurions aimé revoir le portail et l’ensemble de cette façade romano-gothique sculptée (la photo ci-dessus date de notre passage en 2009).


L’intérieur, baroque, ne nous séduit guère.



En revanche, dans le musée de la cathédrale, nous admirons une collection de tapisseries représentant des scènes religieuses ou profanes, des statues de La Quercia et des enluminures.

Face à la cathédrale, la place devant l’hôtel de ville semble être le point de ralliement des habitants de la ville ; chaude ambiance bien sympathique devant ce Palazzo Municipale avec ses deux tours et son entrée flanquée de deux colonnes, support de statues équestres.

Le circuit bleu - le plus court des six circuits proposés - nous amène dans le ghetto - de nombreux juifs italiens mais aussi ceux chassés d'Espagne y furent rassemblés, Estense avait besoin de leurs richesses pour renflouer ses caisses !


Et pour terminer notre circuit bleu, nous emprunterons une série de petites rues fort pittoresques à l'intérieur du ghetto.


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format.

Article Précédent Accueil Article suivant

#ferrara, #castelloestense, #savonarole #cattedraledisangiorgio, #ghetto #museodellacattedrale, #palazzomunicipale