• Christian B.

Escapade au col de la Frèche

Mis à jour : avr. 18

À l'extrême nord de la chaîne de Belledonne, la Montagne d'Arvillard domine le Val Gelon et la sauvage petite vallée du Bens, rendue célèbre par l'ancienne Chartreuse de Saint Hugon dont les bâtiments ont été achetés au début des années 1980 par l'Institut Rimay Karma Ling, pour faire de ce site historique un lieu spirituel et culturel dans la tradition bouddhique.

Par la route de Val Pelouse, une ancienne station de ski, on atteint facilement un parking à 1.700 mètres d'altitude où nous avons laissé notre véhicule, point de départ de la randonnée du jour vers le col de la Frèche (2.183 m) .


Une rude montée sur les pelouses d'une ancienne piste de ski amène au sentier - presque horizontal (on ne gagne que 150 mètres de dénivelé sur 2,6 kilomètres) - qui, en un peu plus d'une heure, nous fait rejoindre le joli petit refuge de la Perrière (il a été restauré en 2018) où il ferait bon de passer une ou deux journées.


Nous y avons fait une courte pause avant de reprendre notre balade.


S'en est suivi un sentier désagréable comme on en trouve en Belledonne, encombré de rochers avec des grimpées et des descentes, où avec mes deux clientes du jour, notre progression n'a guère été rapide alors que nous avancions dominés par les pentes du sommet des Grands Moulins (2.495 m) qui aurait fort bien pu être le but de cette journée.


Une grande heure plus tard, nous atteignons l'« os » de la balade : un couloir d'une belle raideur où le sentier, devenu une mauvaise sente exposée, essaie de se faufiler pour atteindre 80 mètres plus haut le col de la Frèche (2.183 m), on devrait plutôt dire la brèche tant ce col est étroit.


Nous nous y sommes installés sous le chaud soleil pour apprécier le panorama vers les sommets du secteur et ceux aussi plus éloignés de la Vanoise et même, dans la brume, le sommet des Grandes Jorasses s'est laissé apercevoir, la carte sortie du sac à dos permettant de lever les doutes quand il y avait hésitation.

Il faut songer à redescendre, une descente plus compliquée que la montée et qui a provoqué l'appréhension de mon amie Joëlle.


Et puis, revenus sur un terrain plus aimable, nous avons repris tranquillement le chemin du refuge de la Perrière.


Nous y ferons sous le soleil une longue halte savourant cette randonnée qui s'est déroulée dans un environnement presque sauvage.

La civilisation moderne s'est faite oubliée durant quelques heures passées dans ce beau coin du massif de Belledonne, comme une invitation à revenir.


Date 4/09/2019, distance 8,6 km départ 8 H 40, retour 14 H 35, temps 3 h 15 (plus arrêts), difficulté T2, (T3 pour les 80 mètres du couloir final) D+ / D- 572 m, Carte IGN 1/25.000 3433 OT Allevard

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [clic]


→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article Précédent Accueil Article suivant


#coldelafreche, #refugedelaperriere, #valpelouse, #arvillard, #grandsmoulins, #belledonne,

130 vues13 commentaires