• Christian B.

Gustave Caillebotte à la Fondation Gianadda

Mis à jour : juil. 4


Le recul de la pandémie permet la réouverture des musées aussi bien dans l'hexagone que chez nos différents voisins. C'est une nouvelle exposition que j'ai eue l'occasion de découvrir il y a quelques jours à la Fondation Gianadda à Martigny avec une centaine d'œuvre de Gustave Caillebotte. Comme d'habitude, je vous invite à aller à Martigny ( VS ) pour admirer de merveilleux tableaux.


Riche d'une centaine d'œuvres majeures entre 1870 et 1894, l'exposition intitulée « Gustave Caillebotte, impressionniste et moderne » invite à un magnifique voyage à travers la production de l'impressionniste parisien le plus secret, Gustave Caillebotte ( 1848 - 1894 ), disparu prématurément à l'âge de 46 ans.


Fidèle à un idéal de partage avec le plus grand nombre et de rayonnement culturel, la Fondation Pierre Gianadda accueille un ensemble exceptionnel de vues urbaines telles que « Le pont de l'Europe » ( 1877 ), de scènes de la vie ouvrière comme « Les raboteurs de parquet » ( 1875 ), de loisirs nautiques tel « Voiliers à Argenteuil » ( 1888 ) ou de paysages qui constituent les thèmes de prédilection du peintre.


Aisément identifiable, le style de Caillebotte ne cesse de nous surprendre; il innove par le choix de ses thèmes et ses cadrages singuliers.


L'originalité de ses toiles tient notamment à ses compositions très « photographiques », qui offrent des regards en plongée ou des premiers plans audacieux, des personnages décentrés, voire coupés.


Ses points de vue plongeants, presque à la verticale, abolissent la traditionnelle ligne d'horizon. Si la convivialité est l'un des thèmes récurrents des impressionnistes, Gustave Caillebotte exprime quant à lui la solitude de l'individu au cœur de la grande ville.


Mécène et collectionneur du mouvement impressionniste, l'artiste est en outre habité par de nombreuses passions comme la philatélie, l'horticulture ou encore le yachting qu'il dépeint dans ses œuvres.


Ce superbe hommage met en lumière la modernité de Caillebotte qui, en se libérant des conventions picturales, propose des images totalement inédites.


Telles des pages de l'histoire contemporaine du peintre, ses œuvres montrent la cité moderne, celle du Paris haussmannien et les hommes au travail ou dans leur nouveau rapport à l'environnement naturel.


Cette somptueuse exposition illustre ainsi les différentes facettes de cet œuvre complexe, qui n'eut guère qu'une vingtaine d'années pour se déployer.


Une nouvelle exposition emballante que j'ai eu le bonheur de découvrir le premier jour de l'exposition alors qu'il y avait peu de visiteurs ce qui facilite la tâche du photographe.



→ Le texte est de Julia Hountou, commissaire de l'exposition, qui explique mieux que je ne le saurais faire la peinture de Caillebotte, texte que je peux reproduire avec la chaleureuse autorisation de M. Léonard Gianadda.


→ L'exposition dure du 18 juin au 21 novembre 2021 et la fondation est ouverte tous les jours de 10 à 18 heures à Martigny dans le Valais.


→ Les photos peuvent être regardées en grand format : clic sur le cliché, puis à nouveau clic sur la petite image.


Je vous invite à regarder le montage audiovisuel ( 5,59 minutes ) ci-dessous.



Article précédent Accueil Article suivant


102 vues16 commentaires

Posts récents

Voir tout