• Christian B.

Carnets du Danemark ~ De Hirstahl à Skagen

Dernière mise à jour : nov. 12


Continuant vers le nord, notre route Marguerite nous amène à Hirsthal, port de départ des ferries pour la Norvège et l'Islande, et après avoir été jeter un œil sur la Mer du Nord, nous nous dirigeons vers le Nordsøen Oceanarium pour une visite de deux heures.


Il est magnifique, vaste et considéré parmi les 17 plus impressionnants d’Europe bien qu’on puisse être ou ne pas être en accord avec ce classement.



Des milliers de poissons ( entre 2.000 et 3.000 ) de toutes sortes, harengs, maquereaux, chinchards, morues et d’autres encore comme des requins, tournent sans arrêt, comme pour faire la ronde.



On se laisse envoûter par les mouvements de ces poissons qui nagent en solitaire parmi les autres quand ils ne nagent pas en bancs.


Dans un grand bassin extérieur vivent deux espèces de phoques, des phoques gris ( Halichoerus Grypus ) et des phoques communs ( Phoca Vitulina ), qui vivent dans les eaux danoises.


Reprenant notre route et traversant la péninsule de Skagen pour rejoindre la côte est, nous arrivons devant l’ancienne église paroissiale, Den Tilsandedekirke ( l’église ensablée ), datant du XIII° siècle, de style gothique à pignons ; elle était consacrée à St. Laurent. Les premières complications se manifestèrent au XVI° siècle, lorsque les habitants de Skagen remarquèrent que le vent amenait de plus en plus de sable autour de l’église ; la nature gagnait du terrain.


Au XVII° siècle, les paroissiens devaient creuser pour dégager le sable et pour pouvoir entrer dans l’église afin d’y assister à l’office mais plus tard, en 1795, un édit royal ordonna la fermeture du lieu de culte. Aujourd’hui, avec l’avancée du sable, le sol est plus élevé de 2 à 3 mètres par rapport au niveau ancien de la construction de l’église et seul demeure le clocher-tour, bien qu’amputé de quelques mètres vers … le bas ! Sous nos pieds, recouverts par plusieurs mètres de sable la nef, le chœur, la sacristie et le cimetière ont disparu !


Enfin, pour clore cette longue journée, nous rejoignons à l’extrême nord du Jutland et à 3 kilomètres au nord de Skagen, la pointe de Grenen, une mince bande de sable qui s’avance entre les côtes suédoise et norvégienne, un paysage dépouillé, sauvage, où les limites s’estompent entre la terre, l’eau et le ciel, là où s’affrontent deux mers : le Kattegat et le Skagerrak, en fait la Mer du Nord et la Baltique.


Les deux mers ayant des courants contraires, leur rencontre génère des vagues de puissance variable selon les jours et les marées, mais spectaculaires d’autant plus que nous sommes survolés par des fous de Bassan et qu’un grain de pluie oblige à revenir à nos véhicules.

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Article précédent Accueil Article suivant


82 vues13 commentaires

Posts récents

Voir tout