• Christian B.

Solitaire au Mont Joigny

Dernière mise à jour : 18 févr.

Ce matin, la plaine et les vallées sont sous la couche nuageuse alors qu’au-dessus de 1.000 mètres d’altitude, c’est un ciel sans nuage et malgré une température plutôt fraîche ( - 6° ), il ne fait pas froid lorsque je démarre depuis le col du Granier ( 1.134 m ) dans l’ombre le soleil étant caché derrière le Mont Granier ( 1.932 m ).


La piste d’alpage recouverte de neige gelée mène aux Granges du Joigny ( 1.208 m ), d’anciens chalets d’alpage transformés en résidences secondaires et habités à la belle saison, but de ma promenade du jour pour y faire des photos, la balade m’est connue car je suis passé par là à diverses reprises et encore l’an passé comme je l’ai raconté ici.


Bien que très isolée, l’une de ces granges est habitée toute l’année par un solitaire ; c’est sûr, il ne doit pas être dérangé ici par les bruits de la vie moderne mais il a l’électricité grâce à son panneau solaire et on aperçoit une antenne râteau, preuve qu’il s’intéresse à ce qui se passe en bas par la télévision !


Les granges en question sont encore dans l’ombre lorsque j’y arrive 45 minutes après être parti. Que faire attendre en me gelant ? Décision est rapidement prise de rejoindre 225 mètres plus haut le col de la Gorgeat ( 1.433 m ).


Il me faut suivre un sentier bien marqué sur la neige gelée par le passage des randonneurs du week-end alors que le soleil me rejoint pour disparaître plus loin lorsque je passe dans le versant ouest et boisé de la montagne.


Au col, la piste monte vers le Mont Joigny ( 1.559 m ), un sommet qui m’avait vu il y a six années.


Le passage en dévers entre les deux petites barres rocheuses est rendu encore plus délicat que d’habitude en raison de la mauvaise trace défoncée, laissée par mes prédécesseurs. Je comprends pourquoi la petite dame croisée peu avant ( la seule randonneuse vue de la journée ) avait chaussé des crampons légers.


Le sommet est atteint peu après, il n’y a pas de vent et la température est, bien que négative, ( presque ) agréable.


D’ici la vue sur tout le massif de la Chartreuse est magnifique et pour un peu j’y passerai des heures si … le passage délicat ne me préoccupait : faut-il descendre à pied ou en raquettes ?


J’opte pour cette solution et, prenant bien mon temps, le passage est franchi et je peux descendre l’esprit plus serein, peut–être pas en courant mais presque pour rejoindre les Granges de Joigny et de là mon point de départ, ravi de ma balade solitaire.



Date 17/01/2022, départ 8 h 50, retour 13 h 05, temps 4 h 15 ( arrêts inclus ), distance 7,4 km, difficulté T2, D+ / D- 464 mètres.

Carte IGN 1/25.000 3333 OT Massif de la Chartreuse Nord

Carte avec le parcours - détails techniques - fichier GPS [ clic ]

→ Cliquer sur les photos pour les voir en grand format


Je vous invite à regarder le montage audiovisuel (2,42 minutes) ci-dessous.



Article précédent Accueil Article suivant

103 vues18 commentaires

Posts récents

Voir tout